20 episodes

Apprenez à coder avec une méthode pas à pas et changez de vie en devenant développeur informatique. Retrouvez des articles et des vidéos abordant le métier de développeur de façon simple et ludique vous permettant de choisir ce beau métier, de vous reconvertir ou bien de passer à une étape supérieure en tant que développeur informatique.



Je m'appelle Nicolas Georgemel et vous pouvez me retrouver sur https://coder-pour-changer-de-vie.com/



Je vous dis à très vite !



Nicolas.

Coder pour changer de vi‪e‬ Nicolas Georgemel

    • Education

Apprenez à coder avec une méthode pas à pas et changez de vie en devenant développeur informatique. Retrouvez des articles et des vidéos abordant le métier de développeur de façon simple et ludique vous permettant de choisir ce beau métier, de vous reconvertir ou bien de passer à une étape supérieure en tant que développeur informatique.



Je m'appelle Nicolas Georgemel et vous pouvez me retrouver sur https://coder-pour-changer-de-vie.com/



Je vous dis à très vite !



Nicolas.

    La réalité des ESN sans langue de bois avec Nicolas Revol, HR Leader.

    La réalité des ESN sans langue de bois avec Nicolas Revol, HR Leader.

    Il existe plusieurs structures dans lesquelles, une développeuse ou un développeur peuvent évoluer et s’épanouir. L’ Entreprise de Services du Numérique (anciennement SSII) en est une parmi d’autres : startup, service informatique interne, éditeur de logiciel, freelancing… mais quelle est la réalité des ESN, vu de l’intérieur, sans langue de bois ?







    Acteur majeur du recrutement, elles ont pourtant en France une image souvent négative qui leur colle à la peau, au point que beaucoup affirment qu’elles avaient besoin de changer de nom (SSII) pour changer leur image de vendeur de viande ou bien d’intérim “haut de gamme” déguisée…







    Pas facile de s’y retrouver, qui croire et surtout comment se faire un avis juste du terrain ? Après tout, c’est un bassin d’emplois énorme…







    Est-ce que les startups sont le bien (pour les développeurs) et les ESN le mal ? Tout n’est pas manichéen et il existe au sein même de l’empire des acteurs de l’ombre qui militent pour que la force triomphe, la seule qui apporte valeur et épanouissement, celle de l’humain.















    Je n’irai pas jusqu’à affirmer que la guerre des Siths pour un développeur fait partie de son quotidien, mais je souhaiterais vous partager aujourd’hui une vision intérieure, celle du côté obscure qui si l’on y regarde bien est une des plus grandes sources d’espoir… et de lumière.







    Nicolas est HR Leader dans une société nommée “Positive Thinking Company”. Vous trouvez ce nom un peu trop beau pour être vrai ? Faites-vous votre propre avis en lisant cet article.







    Je vous invite à suivre l’histoire, les valeurs et le quotidien d’un responsable RH en ESN sans langue de bois, qui met de côté les “buzzwords” pour se consacrer sur l’essentiel, l’humain, c’est-à-dire : vous.







    Vous pouvez également écouter l’interview via le podcast ou bien voir la vidéo située dans l’article).











    Ecouter le podcast

    Retrouvez tous les podcasts sur votre plateforme favorite









    GooglePodcast









    ApplePodcast







    Spotify







    Deezer



















    Psychologue, Recruteur RH et Geek







    Depuis 10 ans, Nicolas travaille au quotidien à l’amélioration des pratiques RH en animant des évènements locaux et internationaux.







    Il défend le recrutement humain, basé sur un rappel simple : ce n’est ni plus ni moins qu’une discussion entre deux personnes, deux êtres humains dans laquelle chacun essaie de faire passer des messages, de faire valoir des arguments. Le but étant que le recruteur trouve la bonne personne et que le candidat améliore sa situation, sa vie en acceptant un nouveau job.

    • 39 min
    Programmez !

    Programmez !

    Programmez ! C’est le nom de ce fabuleux magazine qui m’a tant fait rêver et m’a tant apporté. Comment ne pas être ému quand je repense à toutes ces heures de découvertes, à feuilleter les pages du monde de demain, accompagné par François Tonic, le rédacteur en chef de “Programmez !” depuis bientôt 20 ans…











    Ecouter le podcast

    Retrouvez tous les podcasts sur votre plateforme favorite









    GooglePodcast









    ApplePodcast







    Spotify







    Deezer



















    (Retrouvez la vidéo complète de l’interview en bas de l’article)







    Ma maison de la presse















    Il est 13h57, je guette le rideau métallique de la maison de la presse à travers la vitrine du bar où je bois mon café. Je suis au comptoir, assis confortablement sur une chaise haute, assez proche de la machine à café et de la marche haute qui mène derrière le bar. Elle craque légèrement à chaque passage, usée par les années de traverse. Elle peut en raconter des histoires, témoigner des années de convivialité, des moments de partage et de rigolades qui ont animé ce lieu si authentique, si particulier, si familier, celui de mon enfance.







    J’entends la discussion des habitués près de la pression, derrière moi des lycéens ont sorti les cartes et commandé des “cocas” pour passer un moment ensemble, leur prof est absent. Cet après midi ils commencent plus tard. Le billard un peu plus loin, un peu plus tard, sera leur terrain de jeu et de parade pour impressionner les filles, maquillées de leur plus belle lumière.







    J’ai hâte !







    Il règne une ambiance conviviale, chaleureuse, de celles qui font passer des après-midi de détente au rythme des clients et du marc à café tombant dans le tiroir. Il en sort une fumée chaude empreinte de saveurs lointaines qui vous invite au voyage.















    La porte s’ouvre, une poussette sort. À son bord, un bébé guette le passage des voitures sur cette route qui sépare le bar de la maison de la presse, encore 3 minutes et le rideau sur la rue se lèvera. J’ai hâte !







    Chaque mois j’attendais cet instant avec impatience, ce moment au chaud, assis à table pressé de feuilleter le futur, de comprendre par déduction les concepts que je ne maîtrisais pas encore, mais que je voulais pratiquer au quotidien, dans un futur métier, peut être celui d’architecte logiciel ?







    Madeleine de Proust







    Je vois une publicité de Microsoft où deux trentenaires échangent dans un bureau d’immeuble. La vue par la fenêtre nous laisse deviner la hauteur de ce building, sûrement situé à Redmond, ou peut-être dans un autre pays. Ils sont habillés avec des pantalons de costume mais portent des polos décontractés.

    • 1 hr 15 min
    Agnes Crepet : développeuse à impact positif

    Agnes Crepet : développeuse à impact positif

    Devenir développeuse, développeur dans un milieu diversifié, éthique avec un fort impact environnemental et sociétal, est-ce possible ? Comment résumer le parcours d’Agnès qui est bien plus que cela… diplômée d’une grande école, elle y a également enseigné en expliquant aux élèves que la compétence est bien plus importante que les diplômes, pour les préparer au monde réel qui les attend plutôt que de les convaincre qu’ils sont l’élite de la nation, joli parti pris…







    La vidéo complète de l’interview est disponible en bas de l’article et le podcast en haut, bonne lecture 🙂











    Ecouter le podcast

    Retrouvez tous les podcasts sur votre plateforme favorite









    GooglePodcast









    ApplePodcast







    Spotify







    Deezer



















    De médecin légiste à développeuse







    Que vouliez-vous faire comme métier quand vous aviez 10 ans ? J’imagine que la réponse a évolué avec le temps 🙂















    À 10 ans, je m’en souviens comme si c’était hier : je voulais devenir réparateur de télévision. À la maison nous avions des télévisions d’occasion qui tombaient souvent en panne, elles tenaient le plus longtemps possible, se faisaient réparer jusqu’au moment où le cimetière médiatique leur ouvrait grand les portes. Peut-être avez-vous connu cette époque ou l’électroménager était construit pour durer, car la fiabilité était encore un argument de vente…







    Je me souviens passant la porte “du réparateur de télé” avec mon père. Plusieurs d’entre elles attendaient sur des étagères. Certaines, à cœur ouvert, laissaient entrevoir des cartes électroniques pleines de mystères. Cette technologie à l’état brut développait déjà l’imaginaire de l’enfant de 10 que j’étais, me berçant dans le rêve de futurs créations. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi un bac technologique en électronique (STI EL)… mais quel rapport avec le médecin légiste ?







    Eh bien à 10 ans, Agnès rêvait de devenir médecin légiste. C’est à l’âge de 18 ans, qu’elle choisira une voie différente, aidée dans son choix par la liste des diplômes en médecine à obtenir, à elle seule épuisante et démotivante. En contradiction avec son envie de découvrir le monde…







    Un parcours riche de sens







    Imaginez : vous êtes déjà en possession d’un diplôme en sciences cognitives et intelligence artificielle au moment où vous obtenez votre master à l’école des mines, spécialisé en ingénierie logicielle, tout cela avec les honneurs.















    Quel belle avenir s’ouvre devant vous ! Les places vous attendent, elles sont faites pour vous car vous le méritez. Eh bien non ! C’est justement le contraire que prône Agnès ...

    • 40 min
    Louis, CTO et Architecte logiciel

    Louis, CTO et Architecte logiciel

    De chimiste à architecte logiciel







    Comment passer de développeur à architecte logiciel ? Certains comme Louis sont passé de chimiste à architecte et également CTO. Mais comment ?







    Dans cette interview, Louis nous partage son retour d’expérience sur sa reconversion, ses conseils mais également les moments forts où le faire savoir est devenu pour lui l’une des plus belles choses : un moyen de transmettre et de susciter des vocations…







    Vous retrouverez en bas de cet article la vidéo complète de l’interview et en haut le podcast ! Bonne lecture !











    Ecouter le podcast

    Retrouvez tous les podcasts sur votre plateforme favorite









    GooglePodcast









    ApplePodcast







    Spotify







    Deezer



























    Un parcours inattendu… pas tant que ça en fait !







    Très tôt, très jeune, Louis a la chance d’avoir un ordinateur à la maison où il peut s’exercer sur ses premières lignes code. C’était un Atari.







    À l’époque pas d’internet mais déjà la possibilité de “fabriquer ses propres jeux” grâce à la programmation, un univers lointain pour ses parents qui voient leur enfant déjà passer beaucoup de temps devant son écran (trop ?), passionnément…







    Un loisir, un plaisir qui l’accompagnera jusqu’a en faire son métier, et pourtant…







    Devenir architecte logiciel







    La “physique-chimie” est courante dans l’enseignement, l’informatique mais surtout les métiers qui la composent l’étaient beaucoup moins, bien sûr, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans…















    Lors de la pratique de la chimie, Louis a dû travailler sur des mesures statistiques issues de photos, et pour ça, il a dû mettre (remettre) les mains dans le code, à son plus grand bonheur car lui est venu la fameuse question du “pourquoi” et dans son cas du “qu’est ce qui m’intéresse le plus dans ce que je fais…”







    Le rôle d’architecte







    Lorsqu’on est développeur, devenir architecte peut être le saint Graal, pas tant pour le titre que pour le plaisir de pouvoir étudier, choisir et proposer les technologies qui vont être implémentés dans les projets.







    Martin Fowler fait parti de ceux qui l’ont inspiré et montré la voie, mais il manquait un élément à Louis pour devenir architecte, les “galons” comme il les appelle, c’est-à-dire les diplômes.







    C’est ainsi qu’il entame une reconversion en cours du soir comme ingénieur en informatique, via le CNAM…

    • 42 min
    Pierre Vannier, développeur de talents

    Pierre Vannier, développeur de talents

    Comment réagir face au séisme qui s’annonce dans le domaine de l’emploi ? Les métiers de l’IT sont-ils toujours aussi porteurs ? Les profils en reconversion, les juniors ont-ils une chance et surtout comment ?







    Il y a ceux qui parlent du monde d’après et il y a ceux qui le font. Pierre Vannier fait parti de ces belles personnes, de ces belles rencontres que j’ai eu la chance de croiser et d’interviewer. Il s’épanouit en faisant réussir les autres.







    Il porte des valeurs mais surtout agit pour donner du sens à l’égalité des chances, à l’inclusion et à la réussite collective. Le succès par l’erreur n’est pas pour lui une philosophie, cela fait parti des prérequis qui permettent d’atteindre les objectifs, ensemble.







    Vous allez pouvoir découvrir Pierre dans cette interview, mais également dans le podcast (en haut de l’article), la vidéo complète étant en bas de l’article.











    Ecouter le podcast

    Retrouvez tous les podcasts sur votre plateforme favorite









    GooglePodcast









    ApplePodcast







    Spotify







    Deezer



















    Les États-Unis, GoLang !







    Une des étapes marquantes dans le parcours de Pierre, hormis le fait qu’il a tenu un magasin de musique, est sans nul doute son passage à San Francisco, où il passa 6 mois à développer des passerelles micros services en GOLang.















    Si ces termes ne vous parlent pas, pas d’inquiétude 🙂 Nous allons détailler plus loin ce que Pierre a retenu de ce séjour, hormis le fait que Go soit un langage de programmation performant développé par Google, et que les micros services sont un type d’architecture permettant une “montée à l’échelle” plus aisée que les applications classiques, la fameuse “scalabilité”.







    Scalabilité : en d’autres termes, quand il y a embouteillage, de nouvelles voies s’ouvrent sur l’autoroute comme par magie 🙂







    Le management







    L’état d’esprit aux états unis conditionne fortement la façon de travailler mais également le mode d’engagement et de facto, le management.







    En apparence le respect des horaires dans la tech aux US va choquer les micros managers français qui se sont perdu dans des strates où seul compte la valeur d’eux même et ou la chose la plus importante est de ne pas perdre sa place, en renvoyant la patate chaude, tel un sportif à Roland Garros, le bruit en moins peut être.















    il n’y a pas d’horaire “de travail” mais un objectif de résultats, les employés eux-mêmes peuvent s’adapter pour atteindre les objectifs.







    Il n’est pas rare qu’ils rallument leur ordinateur le week-end pour terminer...

    • 34 min
    De développeuse à Product Owner : Estelle Landry

    De développeuse à Product Owner : Estelle Landry

    Développeuse et maintenant Product Owner, Estelle a décidé de renoncer à des postes prestigieux sur le papier pour s’épanouir pleinement au quotidien, dans la transmission et le partage. Elle accompagne à son tour les autres comme ceux qui l’ont porté jusqu’ici.







    Un témoignage authentique d’une femme qui, si elle n’a peu eu de modèle auquel s’identifier plus petite, est sans conteste un exemple de réussite humaine à suivre, une source d’épanouissement.







    Info : Dans cet article, vous retrouvez le Podcast de l’interview (en haut) et tout en bas la vidéo longue de l’interview, bonne lecture / écoute / visionnage 🙂







    Spoil : il a des éléments dans l’article qui ne sont pas dans la vidéo, #jedisçajedisrien 😉











    Ecouter le podcast

    Retrouvez tous les podcasts sur votre plateforme favorite









    GooglePodcast









    ApplePodcast







    Spotify







    Deezer



























    Les métiers du numérique : parité femme – homme ?







    Comme beaucoup, je me suis posé cette question : pourquoi les femmes ne sont pas représentées à égalité dans les métiers du numérique.







    Et comme beaucoup j’avais mes propres réponses, certaines toutes faites. Dans les causes principales trônait en première place sur le podium de l’ignorance le fait que les métiers du numérique ne seraient pas assez mis en avant lors de l’orientation des apprenants, et surtout apprenantes.







    En deuxième place venait l’idée qu’il existe bien des envies / appétences différentes selon les personnes, et peut être également selon les genres.







    Assurément, ces éléments, sont à reconsidérer totalement, notamment lorsqu’ Estelle apporte un éclairage nouveau. Par le passé, à un moment bien précis, des hommes ont décidé volontairement d’orienter les métiers en devenir, vers … les hommes.







    Les figures de l’ombre







    Par le passé, il existait dans les débuts de l’IT des femmes d’exception peu représentées, comme en témoigne Jean-Pierre dans son interview. Il aborde avec grand respect les compétences d’une femme qui a su mettre en lumière une problématique, mais surtout les actions humaines qui ont permis de sortir d’une situation critique majeure.







    Lorsque l’on parle de la place des femmes dans l’IT, ou les métiers du numérique au sens large, je ne peux m’empêcher d’avoir en tête la bande-annonce du film : les figures de l’ombre















    Au moment où j’écris cet article, je viens de revoir cette bande-d’annonce. Les larmes me viennent,

    • 17 min

Top Podcasts In Education