25 episodes

Plaff, c’est un podcast pour faire entendre et combattre les discriminations dans l’emploi subies par les femmes de ± 50 ans. Dans le dernier tiers de leur vie professionnelle, elles sont confrontées à une double peine, à la fois victimes des préjugés attachés à tous les senior·e·s et vulnérabilisées par les inégalités femmes-hommes plus que jamais persistantes.
Je m’appelle Claire Flury et suis retraitée, bénévole accompagnatrice de chercheurs d’emploi à Solidarités nouvelles face au chômage.
Chaque mois, je choisis une thématique liée à l’emploi que je décline en 3 épisodes de 20 mn.
Le 8, je donne la parole à des femmes confrontées à une situation particulière sur le marché du travail.
Le 18, je mets à l’honneur des personnes salariées, entrepreneurs ou bénévoles engagées pour faciliter l’évolution ou le retour à l’activité des femmes en fin de carrière.
Le 28, j’interroge des expertes ou des militantes afin de comprendre l’environnement culturel, économique, sociologique et politique qui fragilise le maintien ou l’accès à l’emploi des femmes que j’ai choisi de rebaptiser en « majoractives ».  
http://plaffpodcast.fr/  

PLAFF PLAFF

    • Science

Plaff, c’est un podcast pour faire entendre et combattre les discriminations dans l’emploi subies par les femmes de ± 50 ans. Dans le dernier tiers de leur vie professionnelle, elles sont confrontées à une double peine, à la fois victimes des préjugés attachés à tous les senior·e·s et vulnérabilisées par les inégalités femmes-hommes plus que jamais persistantes.
Je m’appelle Claire Flury et suis retraitée, bénévole accompagnatrice de chercheurs d’emploi à Solidarités nouvelles face au chômage.
Chaque mois, je choisis une thématique liée à l’emploi que je décline en 3 épisodes de 20 mn.
Le 8, je donne la parole à des femmes confrontées à une situation particulière sur le marché du travail.
Le 18, je mets à l’honneur des personnes salariées, entrepreneurs ou bénévoles engagées pour faciliter l’évolution ou le retour à l’activité des femmes en fin de carrière.
Le 28, j’interroge des expertes ou des militantes afin de comprendre l’environnement culturel, économique, sociologique et politique qui fragilise le maintien ou l’accès à l’emploi des femmes que j’ai choisi de rebaptiser en « majoractives ».  
http://plaffpodcast.fr/  

    La confiance en soi des femmes après 50 ans (2/3) La confiance : un jardin à cultiver en compagnie de Françoise Bourgouin, coach certifiée

    La confiance en soi des femmes après 50 ans (2/3) La confiance : un jardin à cultiver en compagnie de Françoise Bourgouin, coach certifiée

    Pour le deuxième épisode de la série de mai consacrée à la confiance en soi des femmes de + 50 ans, j’ai interrogé Françoise qui a choisi d’accompagner les femmes à « retrouver du plaisir dans la seconde partie de leur vie professionnelle ».  


    Elle revient sur les raisons qui l’ont conduite à s’adresser à cette clientèle : beaucoup s’ennuient au boulot ou sont mises à l’écart du fait de leur âge alors qu’elles ont encore 15 ans à travailler et qu’elles possèdent beaucoup de ressources inexploitées. Cette période de transition est justement une opportunité pour penser à soi, s’affranchir
    de croyances limitantes, explorer de nouvelles pistes.

      

    L’accompagnement de Françoise se décline en trois dimensions :

    prendre conscience de toutes les richesses, compétences et expériences acquises
    au fil des années ; 
     s’habituer à se parler à soi-même avec bienveillance, comme si on s’adressait
    à sa meilleure amie ; 
    adopter la théorie des « petits pas » : un petit pas après l’autre, chaque petite étape franchie permettant de prendre confiance et d’envisager la suivante.   
    Une lueur d’espoir en fin d’épisode ! Dans les réunions professionnelles de sa ville, Françoise a rencontré des employeurs qui lui ont semblé envisager de recruter des femmes « expérimentées ». Croisons les doigts.   



    Références de l'épisode

     

    Françoise Bourgoin , coach de carrière et praticienne en bilan de compétences

    Force femmes
    Association qui accompagne les femmes de + 45 ans dans leur retour à l’emploi
    ou à la création d’entrepriseRapport d’activité 2020-2021

    • 19 min
    La confiance en soi des femmes après 50 ans (1/3) La chenille est devenue papillon avec Marie-Christine

    La confiance en soi des femmes après 50 ans (1/3) La chenille est devenue papillon avec Marie-Christine

    En mai, la série du mois s’attaque à un sujet controversé : les femmes ont-elles moins de confiance en soi que les hommes ? qu’en est-il, en particulier, des femmes de + de 50 ans cataloguées comme vulnérabilisées par la ménopause, le départ des enfants, des inquiétudes sur leur job et, pour certaines, de grosses difficultés à retrouver un emploi ? Beaucoup d’auteurs/autrices de livres de développement personnel, des créatrices de formations, des coachs s’attachent à leur proposer leur aide.
    Pour ce 1er épisode de la série, j’ai demandé à mon invitée Marie-Christine, infirmière tout juste retraitée et jeune autrice, de nous expliquer comment elle était parvenue à traverser cette période de transition qui l’a menée à une transformation profonde. 



    Selon ses mots, ces dernières années, elle s’est bâtie « une résidence secondaire ». Elle a réussi à surmonter l’idée qu’elle ne serait pas capable de reprendre des études et
    obtenu un diplôme universitaire. Elle a découvert le plaisir d’écrire, été sélectionnée dans divers concours d’écriture et publiée.
    Son parcours me paraît exemplaire car il démontre que d'autres facteurs que le travail sur soi  interviennent sur la longue route de la confiance en soi : le hasard et la confiance dans la relation qui s’établit avec les autres.   



    Références

    Un livre
    La confiance en soi, une philosophie de Charles Pépin.
    Allary Editions 2018
    Editions 2018 Editions

    • 20 min
    Stéréotypes 3/3 L'âgisme doublé de sexisme, la paire infernale avec Claire et de nombreuses témoins

    Stéréotypes 3/3 L'âgisme doublé de sexisme, la paire infernale avec Claire et de nombreuses témoins

    Quand l'âgisme se cumule avec le sexisme, les effets des deux stéréotypes se démultiplient. 

    Dans cet épisode, je fais écouter des femmes âgées de plus de 50 ans qui se trouvent confrontées à des remarques déplacées concernant leur âge, au travail ou lors de leur recherche d'emploi.
    Tous ces témoignages me permettent d'établir : 

    que le "duo maléfique" , bien qu'invisibilisé, est bien présent dans les entreprises, les salariés citant l'âge, la présentation et le genre parmi les premiers motifs de discrimination ; 
    qu'il se manifeste autour de l'assentiment que "les hommes mûrissent alors que les femmes vieillissent", ce qui contraint les femmes à rester jeunes et conformes à des normes corporelles ; 
    que les conséquences sur l'emploi sont très lourdes. Les allocations des femmes en chômage longue durée sont inférieures de 30 % à celles des hommes. Dès l'approche de la cinquantaine, elles sont souvent tenues à l'écart des promotions et embauches du fait de la présence des stéréotypes inconscients dans les cerveaux des chefs d'entreprises, recruteurs et managers. 
    REFERENCES

    Une étudeEtat des lieux de la diversité en entreprise
    Etude Diversidays, en partenariat avec PwC et Occurence 2021  
    Un site pour améliorer l'employabilité des seniorsEmbauche un vieux
    Un livre
    Qui a peur des vieilles ? Marie Charrel Ed. Prérégrines 2021
     

    • 21 min
    Stéréotypes (2/3) L’âgisme, une discrimination invisibilisée avec Katerina Zekopoulos et Bénédicte Janssen

    Stéréotypes (2/3) L’âgisme, une discrimination invisibilisée avec Katerina Zekopoulos et Bénédicte Janssen

    Focus sur l’âgisme dans cet épisode et rencontre avec deux jeunes femmes aux profils et engagements complémentaires. Katerina Zekopoulos à Paris a créé le blog Coup de
    vieilles  et Benédicte Janssen, chargée de mission à Espace seniors  en Belgique,
    anime l’Instagram Laisse les rides tranquilles .  



    Dans cet épisode, elles s’attachent à définir l’âgisme comme une discrimination semblable aux autres discriminations, dans le sens qu’il enferme toutes les personnes ayant un caractère commun – ici l’âge – dans une généralisation. 


    Toutefois, l’âgisme présente des particularités :
    ● il est moins connu,
    ● moins dénoncé par le milieu associatif,
    ● très intériorisé par chacun d’entre nous, par crainte de la vieillesse à venir et de ses conséquences sur la santé et le quotidien,
    ● très toléré dans une société productiviste qui privilégie la nouveauté à l’expérience ...  


    Elles en présentent les différentes formes : âgisme interpersonnel, âgisme
    institutionnel et auto-âgisme et en analysent les conséquences sur l’emploi :
    ● immenses difficultés pour se faire recruter,
    ● perte de confiance due à la « menace du stéréotype »,
    ● éventuelle démotivation dans l’environnement professionnel du fait de se sentir menacé dans son emploi.  

      

    Il est donc très important de faire sortir l’âgisme du silence dans lequel il est enfermé. Alors que de plus en plus d’entreprises et d’associations s’engagent autour des questions d’inclusion et de diversité, l’âgisme peine encore à faire partie des discriminations contre lesquelles il faut lutter.   



    Références de l'épisode



    Club Landoy-IFOPEnquête auprès de Français 45 ans et plus – oct.2020 

    UNIA  institution publique indépendante qui lutte contre la discrimination et défend l’égalité des chances en Belgique.

    Blog de Sophie Dancourt J’ai piscine avec Simone


     

    • 23 min
    Stéréotypes (1/3) Un outil de mesure des stéréotypes de genre et de l’idéologie de genre Avec Camille BertereauNouvel épisode du 07/04 14:11

    Stéréotypes (1/3) Un outil de mesure des stéréotypes de genre et de l’idéologie de genre Avec Camille BertereauNouvel épisode du 07/04 14:11

    La thèse universitaire de Camille Bertereau porte sur la conception d’une échelle de mesure des stéréotypes de genre qui a été proposée en auto-évaluation aux managers de l’entreprise Michelin.  

    Pour démarrer une série de 3 épisodes sur les stéréotypes, j’ai invité cette chercheuse, Maître de conférences en gestion de ressources humaines à l’IAE de Dijon qui apporte son expertise sur les stéréotypes de genre.
    Camille commence par donner des précisions sur des stéréotypes en général :
    ● à quoi servent-ils ?
    ● quelles sont les définitions des auto stéréotypes, hétéro stéréotypes, metastéréotypes ?
    ● quelles en sont les conséquences ? qu’entend-on par menace du stéréotype
    et prophétie auto-réalisatrice ?
    Puis nous poursuivons la conversation avec des précisions sur les stéréotypes de genre :
    ● quelles différences entre stéréotypes de genre et sexisme ?
    ● comment mesure-t-on l’idéologie de genre ?
    ● comment déjouer le sexisme bienveillant ?  



    Enfin, Camille Bertereau présente les résultats et les conclusions d’une expérimentation menée avec l’entreprise Michelin. Les managers ont un répondu à un questionnaire qu’elle avait élaboré, dont l’objectif est de leur permettre de prendre conscience de leurs stéréotypes de genre en comparant leurs réponses à ceux des autres managers de leur pays ou européens.   



    Références



    Patrick ScharnitzkyVivons en paix avec nos stéréotypes

    Les Françaises négocient moins et sont discriminées
    Sondage OpinionWay pour KPMG, en partenariat avec la Chaire RSE d’Audencia –
    nov.2019   

    • 26 min
    Femmes invisibles (3/3) Dans les fictions, la disparition des femmes de + 50 ans (2ème partie) Avec Catherine Piffaretti et Anne Buffet

    Femmes invisibles (3/3) Dans les fictions, la disparition des femmes de + 50 ans (2ème partie) Avec Catherine Piffaretti et Anne Buffet

    Deuxième partie de la conversation avec deux actrices membres de la commission « Tunnel de la comédienne de 50 ans », commission créée au sein de l’ass. Actrices et Acteurs de France Associés.  

    Dans cet épisode, elles illustrent les causes et les conséquences de la quasi-disparition dans les fictions des rôles attribués aux femmes dès lors qu’elles sont quinquagénaires.

     

    ● Leur absence dans l’inconscient collectif se traduit par des difficultés :
    - pour toutes les femmes qui sont dans le dernier tiers de leur vie professionnelle car elles « n’existent plus » ;  
    - pour les jeunes femmes, car elles peinent à envisager leur vieillissement positivement et sereinement.  



    ● Le vieillissement des femmes est perçu plus précocement que celui des hommes. La ménopause est interprétée comme une perte et une dégénérescence pendant que les hommes, eux, prennent de la maturité.
      

    ● Quelques évolutions se dessinent : des femmes de plus de 50 ans moins stéréotypées dans les séries anglo-saxonnes, des équipes mixtes à l’écriture et à la production, un quota de femmes réalisatrices à France Télévisions, la mobilisation des féministes sur les écarts d’âge abusifs dans les couples présentés sur les écrans.   



    Un grand merci à Catherine, Anne, ceux et celles mobilisés dans Le tunnel de la comédienne de 50 ans. 



    Références

    Comptage AAFA des rôles dans les films français de 2020

    Cinégalités Qui peuple le cinéma français ?
    Rapport de l’étude du Collectif 50/50  dirigée par Maxime Cervulle et Sarah Lécossais

    • 19 min

Top Podcasts In Science

Hidden Brain
Alie Ward
Jordan Harbinger
Wes Larson, Jeff Larson, Mike Smith | QCODE
Sam Harris
Neil deGrasse Tyson

You Might Also Like