50 min

#21 - James Frey recolle les morceaux de sa jeunesse avec "Katrina" LES GENS QUI LISENT SONT PLUS HEUREUX

    • Livres

Dans cet épisode, je vous propose un entretien exceptionnel en VO avec l’écrivain américain James Frey. Disponible le 21 août prochain chez Flammarion, son nouveau roman intitulé "Katrina" sera l’un des temps forts de la rentrée littéraire.
 
En 2003, ce natif de Cleveland a 34 ans lorsqu’il publie "Mille Morceaux", un véritable phénomène d’édition. Présenté comme les mémoires d’un toxicomane repenti, dans un style brutal, percutant et sans concession, le livre vaut à son jeune auteur d’être invité sur le plateau de la célèbre Oprah Winfrey.
 
Le hic, c’est que James a légèrement romancé son coup d’éclat littéraire. Pour ne pas dire beaucoup. La presse lui tombe dessus à bras raccourci, le traite d’imposteur et il est obligé d’avouer la supercherie, en dépit de son indéniable talent d’écrivain qu’il confirme avec "Mon Cousin Léonard", "L.A. Story" et "Le Dernier Testament de Ben Zion Avrohom". 
Ces dernières années, James Frey s’était consacré à la littérature jeunesse avec des sagas vendues à prix d’or au cinéma. Le truc, c’est qu’il n’était pas très heureux. Et que tôt ou tard, l’écrivain sulfureux des débuts devait refaire surface.
 
C’est chose faite avec "Katrina", sorte de préquelle de "Mille Morceaux", à la fois drôle, tragique, sensuel. Je vous propose d’écouter cet entretien en version originale, sans doublage ni trucage. Même si avec James Frey, on ne sait jamais tout à fait où se situe la vérité.

Dans cet épisode, je vous propose un entretien exceptionnel en VO avec l’écrivain américain James Frey. Disponible le 21 août prochain chez Flammarion, son nouveau roman intitulé "Katrina" sera l’un des temps forts de la rentrée littéraire.
 
En 2003, ce natif de Cleveland a 34 ans lorsqu’il publie "Mille Morceaux", un véritable phénomène d’édition. Présenté comme les mémoires d’un toxicomane repenti, dans un style brutal, percutant et sans concession, le livre vaut à son jeune auteur d’être invité sur le plateau de la célèbre Oprah Winfrey.
 
Le hic, c’est que James a légèrement romancé son coup d’éclat littéraire. Pour ne pas dire beaucoup. La presse lui tombe dessus à bras raccourci, le traite d’imposteur et il est obligé d’avouer la supercherie, en dépit de son indéniable talent d’écrivain qu’il confirme avec "Mon Cousin Léonard", "L.A. Story" et "Le Dernier Testament de Ben Zion Avrohom". 
Ces dernières années, James Frey s’était consacré à la littérature jeunesse avec des sagas vendues à prix d’or au cinéma. Le truc, c’est qu’il n’était pas très heureux. Et que tôt ou tard, l’écrivain sulfureux des débuts devait refaire surface.
 
C’est chose faite avec "Katrina", sorte de préquelle de "Mille Morceaux", à la fois drôle, tragique, sensuel. Je vous propose d’écouter cet entretien en version originale, sans doublage ni trucage. Même si avec James Frey, on ne sait jamais tout à fait où se situe la vérité.

50 min