38 épisodes

Les trente dernières années présentent un paradoxe étonnant : alors que les plus riches ont vu leurs fortunes se multiplier et leur part dans la distribution des revenus mondiaux devenir de plus en plus écrasante, les plus pauvres du monde, eux aussi, ont connu une période de progrès remarquable. Le nombre de personnes vivant dans une pauvreté extrême a été divisé par deux ; les mortalités infantile et maternelle ont également été divisées par deux ; presque tous les enfants du monde vont aujourd'hui à l'école ; des maladies comme le paludisme, ou VIH-SIDA, sont bien mieux maîtrisées. Ces avancées ne sont pas le fait de quelques pays exceptionnels ou d'une générosité inhabituelle des pays riches, mais de politiques plus raisonnées et plus efficaces dans de nombreuses parties du globe.

Mais cette évolution positive est menacée aujourd'hui : la réduction de la pauvreté s'est ralentie depuis plusieurs années ; la crise du Covid, suivie par les sursauts du commerce international, a replongé de nombreux individus dans des pièges de pauvreté dont ils croyaient s'être échappés ; la pollution et les maladies non communicables, la détresse mentale sont autant de nouveaux risques pour la santé ; et plus que tout, les conséquences du réchauffement de la planète, qui vont frapper de manière disproportionnée les pays les plus pauvres, menacent d'effacer la plupart des gains que nous pensions acquis.

Quelles leçons tirer des succès (et des échecs, également) des dernières décennies pour affronter les problèmes qui confrontent les plus pauvres aujourd'hui ? Comment combiner réalisme et volontarisme pour trouver une issue à des problèmes qui pourraient paraître insolubles, mais que nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas résoudre ? Cette chaire va s'appuyer sur les avancées récentes de l'économie du développement et de la méthodologie de l'évaluation des politiques publiques pour répondre à ces questions et dessiner les contours d'une réponse possible aux défis planétaires qui nous font face.

Biographie

Esther Duflo est professeur de lutte contre la pauvreté et d'économie du développement (chaire Abdul Latif Jameel) au département d'Économie du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Elle est également cofondatrice et codirectrice de J-PAL, laboratoire d'action contre la pauvreté. Dans ses recherches, elle cherche à comprendre la vie économique des pauvres, dans le but d'aider à concevoir et évaluer les politiques et programmes sociaux. Elle a travaillé sur la santé, l'éducation, l'inclusion financière, l'environnement et la gouvernance.

Esther Duflo est diplômée en histoire et en économie à l'École normale supérieure de Paris. Elle a ensuite obtenu son doctorat en économie au MIT en 1999.

Duflo a reçu de nombreux prix et distinctions académiques, notamment en 2019 le prix de la Banque de Suède en Sciences économiques en l'honneur d'Alfred Nobel (conjointement avec Abhijit Banerjee et Michael Kremer), le prix de la Princesse des Asturies pour les sciences sociales (2015), le prix A.SK Social Science (2015), le prix Infosys (2014), le prix David N. Kershaw (2011), la médaille John Bates Clark (2010) et une bourse MacArthur « Genius Grant » (2009). Avec Abhijit Banerjee, elle a écrit Repenser la pauvreté qui a remporté en 2011 le prix « Business Book de l'Année » du Financial Times et de Goldman Sachs, et qui a été traduit en dix-sept langues. Ensemble, ils ont publié en 2020 Économie utile pour des temps difficiles.

Esther Duflo est rédactrice en chef de l'American Economic Review, membre de la National Academy of Sciences des États-Unis et membre correspondante de la British Academy.

Pauvreté et politiques publiques - Esther Duflo Collège de France

    • Éducation
    • 4,6 • 11 notes

Les trente dernières années présentent un paradoxe étonnant : alors que les plus riches ont vu leurs fortunes se multiplier et leur part dans la distribution des revenus mondiaux devenir de plus en plus écrasante, les plus pauvres du monde, eux aussi, ont connu une période de progrès remarquable. Le nombre de personnes vivant dans une pauvreté extrême a été divisé par deux ; les mortalités infantile et maternelle ont également été divisées par deux ; presque tous les enfants du monde vont aujourd'hui à l'école ; des maladies comme le paludisme, ou VIH-SIDA, sont bien mieux maîtrisées. Ces avancées ne sont pas le fait de quelques pays exceptionnels ou d'une générosité inhabituelle des pays riches, mais de politiques plus raisonnées et plus efficaces dans de nombreuses parties du globe.

Mais cette évolution positive est menacée aujourd'hui : la réduction de la pauvreté s'est ralentie depuis plusieurs années ; la crise du Covid, suivie par les sursauts du commerce international, a replongé de nombreux individus dans des pièges de pauvreté dont ils croyaient s'être échappés ; la pollution et les maladies non communicables, la détresse mentale sont autant de nouveaux risques pour la santé ; et plus que tout, les conséquences du réchauffement de la planète, qui vont frapper de manière disproportionnée les pays les plus pauvres, menacent d'effacer la plupart des gains que nous pensions acquis.

Quelles leçons tirer des succès (et des échecs, également) des dernières décennies pour affronter les problèmes qui confrontent les plus pauvres aujourd'hui ? Comment combiner réalisme et volontarisme pour trouver une issue à des problèmes qui pourraient paraître insolubles, mais que nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas résoudre ? Cette chaire va s'appuyer sur les avancées récentes de l'économie du développement et de la méthodologie de l'évaluation des politiques publiques pour répondre à ces questions et dessiner les contours d'une réponse possible aux défis planétaires qui nous font face.

Biographie

Esther Duflo est professeur de lutte contre la pauvreté et d'économie du développement (chaire Abdul Latif Jameel) au département d'Économie du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Elle est également cofondatrice et codirectrice de J-PAL, laboratoire d'action contre la pauvreté. Dans ses recherches, elle cherche à comprendre la vie économique des pauvres, dans le but d'aider à concevoir et évaluer les politiques et programmes sociaux. Elle a travaillé sur la santé, l'éducation, l'inclusion financière, l'environnement et la gouvernance.

Esther Duflo est diplômée en histoire et en économie à l'École normale supérieure de Paris. Elle a ensuite obtenu son doctorat en économie au MIT en 1999.

Duflo a reçu de nombreux prix et distinctions académiques, notamment en 2019 le prix de la Banque de Suède en Sciences économiques en l'honneur d'Alfred Nobel (conjointement avec Abhijit Banerjee et Michael Kremer), le prix de la Princesse des Asturies pour les sciences sociales (2015), le prix A.SK Social Science (2015), le prix Infosys (2014), le prix David N. Kershaw (2011), la médaille John Bates Clark (2010) et une bourse MacArthur « Genius Grant » (2009). Avec Abhijit Banerjee, elle a écrit Repenser la pauvreté qui a remporté en 2011 le prix « Business Book de l'Année » du Financial Times et de Goldman Sachs, et qui a été traduit en dix-sept langues. Ensemble, ils ont publié en 2020 Économie utile pour des temps difficiles.

Esther Duflo est rédactrice en chef de l'American Economic Review, membre de la National Academy of Sciences des États-Unis et membre correspondante de la British Academy.

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (5/5) - Carlo Barone : Les effets des interventions de soutien à la parentalité sur le développement cognitif et socio-émotionnel des enfants

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (5/5) - Carlo Barone : Les effets des interventions de soutien à la parentalité sur le développement cognitif et socio-émotionnel des enfants

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (5/5) - Carlo Barone : Les effets des interventions de soutien à la parentalité sur le développement cognitif et socio-émotionnel des enfants

    Intervenant :

    Carlo Barone
    professeur en sociologie au Centre de recherche sur les inégalités sociales de Sciences Po

    Cette présentation examine les études d'impact concernant les interventions de soutien à la parentalité et leurs effets sur le langage, le développement cognitif et socio-émotionnel des enfants. Les résultats accumulés dans la littérature suggèrent que ces interventions sont un puissant levier pour réduire les inégalités scolaires, mais que leur efficacité dépend grandement de leur capacité à surmonter les barrières socio-économiques, culturelles et comportementales qui entravent la réceptivité des parents socialement défavorisés.

    Carlo Barone

    Carlo Barone est professeur en sociologie au Centre de recherche sur les inégalités sociales de Sciences Po et directeur de l'axe « Politiques éducatives » au LIEPP. Il a été précédemment professeur associé à l'université de Trento, en Italie, et research fellow à l'université de Mannheim, en Allemagne.

    Ses recherches portent sur les inégalités scolaires, sur le rôle de l'éducation pour la mobilité sociale et sur les politiques éducatives. Il conduit plusieurs expérimentations randomisées concernant des interventions qui visent à réduire les inégalités scolaires.

    • 1h 1m
    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (4/5) - Élise Huillery : Développer la coopération, la confiance et l'autonomie des élèves : pourquoi et comment

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (4/5) - Élise Huillery : Développer la coopération, la confiance et l'autonomie des élèves : pourquoi et comment

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (4/5) - Élise Huillery : Développer la coopération, la confiance et l'autonomie des élèves : pourquoi et comment

    Intervenant :

    Élise Huillery
    professeure des universités en économie à l'université Paris-Dauphine, chercheuse affiliée au Laboratoire J-PAL et au LIEPP Sciences Po

    Résumé :

    Les politiques publiques visant à réduire les inégalités sociales et à favoriser la réussite scolaire, par l'ajout de ressources supplémentaires, sont parfois peu efficaces parce qu'elles oublient les déterminants psychosociaux dans le comportement humain. C'est le point de départ des recherches sur les compétences sociales et comportementales, que sont la confiance en soi, le sentiment de contrôler ce qui nous arrive, l'optimisme vis-à-vis de la capacité à progresser, ou encore la capacité à coopérer. Cette contribution s'attache dans un premier temps à établir le déficit français dans les compétences sociales et comportementales, puis dans un deuxième temps à présenter leurs impacts sur la réussite scolaire et l'insertion professionnelle, et enfin dans un troisième temps à discuter les actions possibles dans les établissements scolaires pour augmenter ces compétences.

    Élise Huillery

    Élise Huillery est professeure des universités en économie à l'université Paris-Dauphine, chercheure affiliée au Laboratoire J-PAL (Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab) et au LIEPP Sciences Po (Laboratoire interdisciplinaire d'évaluation des politiques publiques). Elle est nominée en 2014 pour le prix du meilleur jeune économiste français, est membre du conseil d'analyse économique auprès du Premier ministre de 2016 à 2021, puis du conseil scientifique de l'Éducation nationale depuis 2021. Elle obtient un financement européen ERC pour mener ses travaux sur les inégalités sociales d'éducation de 2022 à 2027.

    • 58 min
    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (3/5) - Abhijit Banerjee : La pensée critique

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (3/5) - Abhijit Banerjee : La pensée critique

    Grand événement - Approches expérimentales en éducation 3/5 - Abhijit Banerjee : La pensée critique

    Intervenant :

    Abhijit Banerjee
    Ford Foundation International Professor of Economics at the Massachusetts Institute of Technology

    Abhijit Banerjee is currently the Ford Foundation International Professor of Economics at the Massachusetts Institute of Technology. In 2003 he founded the Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL) along with Esther Duflo and Sendhil Mullainathan, and remains one of the directors of the lab. He is the recipient of the 2019 Sveriges Riksbank Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel, awarded jointly with Esther Duflo and Michael Kremer "for their experimental approach to alleviating global poverty." His areas of research are development economics and economic theory. He is a member of J-PAL's Executive Committee and previously served as co-chair of J-PAL's Education Sector. In addition to serving as a director of J-PAL, Abhijit has served as a lecturer at J-PAL training events and on J-PAL's Innovations in Government Initiative (IGI) Review Board.

    • 58 min
    06 - Lutter contre la pauvreté : de la science à la pratique : Média, réseaux sociaux, propagande, et démocratie

    06 - Lutter contre la pauvreté : de la science à la pratique : Média, réseaux sociaux, propagande, et démocratie

    Esther Duflo
    Collège de France
    Pauvreté et politiques publiques
    2023-2024

    06 - Lutter contre la pauvreté : de la science à la pratique : Média, réseaux sociaux, propagande, et démocratie

    Résumé

    Comment les médias traditionnels et les nouveaux médias façonnent les opinions et affectent les résultats électoraux ?

    • 2 h 4 min
    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (2/5) - Marc Gurgand : Les défis de l'orientation

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (2/5) - Marc Gurgand : Les défis de l'orientation

    Esther Duflo
    Collège de France
    Pauvreté et politiques publiques
    2023-2024

    Grand événement : Approches expérimentales en éducation (2/5) : Les défis de l'orientation

    Marc Gurgand
    Directeur de recherche au CNRS et professeur à l'École d'économie de Paris

    Résumé

    Au cours de sa scolarité, un élève est amené à faire plusieurs choix qui affectent autant son éducation que ses débouchés professionnels. Ce choix a lieu à la fin du collège, lorsqu'il faut intégrer une filière, à la fin du lycée, lorsque la décision d'inscription dans le supérieur est prise et parfois même durant les études supérieures.

    Que signifie alors faire un bon choix d'orientation ? Il est compliqué de diagnostiquer une erreur dans un choix individuel, qui se fait en fonction de préférences et de connaissances qui échappent à la quantification statistique. Cependant, il existe des signes que des biais systématiques poussent certaines populations à ne pas choisir des filières, bien que les places existent ou que les élèves en ont le niveau. Ces signes consistent en la sous- ou surreprésentation de certains groupes dans des filières. Il en va ainsi des filles dans les filières scientifiques ou des élèves des classes populaires dans les filières d'élite, par exemple.

    Ce déséquilibre peut provenir d'un manque d'informations des élèves, sur le système, et sur eux-mêmes. Or, les décideurs publics se sont intéressés à l'orientation essentiellement par le prisme de l'offre, en encourageant la création de places dans des formations existantes ou nouvelles. Cependant, il est important d'agir également sur le plan de la demande. Des interventions ont été menées dans ce sens, et leur évaluation par la littérature apporte de précieuses informations sur les caractéristiques d'une bonne politique publique d'orientation.

    Marc Gurgand est ancien élève de l'École normale supérieure et docteur en économie de l'École des hautes études en sciences sociales. Il est directeur de recherche au CNRS, professeur à l'École d'économie de Paris et directeur du département d'Économie de l'École normale supérieure – PSL. Il est également directeur scientifique de J-PAL Europe.

    Ses domaines de recherche portent sur les politiques sociales et l'économie de l'éducation, principalement au travers d'expérimentations sociales randomisées. Il a publié de nombreux articles en économie du travail et en économie de l'éducation dans les revues académiques internationales.

    Il préside le comité scientifique du Plan d'investissement dans les compétences. Il est par ailleurs membre du conseil scientifique de l'Éducation nationale. De 2009 à 2013, il a présidé le conseil scientifique du Fonds d'expérimentation pour la jeunesse. Il a également coprésidé la mission de préfiguration de la Garantie Jeunes.

    • 1h 4 min
    05 - Lutter contre la pauvreté : de la science à la pratique : La protection (et la destruction) de l'environnement : Économie politique

    05 - Lutter contre la pauvreté : de la science à la pratique : La protection (et la destruction) de l'environnement : Économie politique

    Esther Duflo
    Collège de France
    Pauvreté et politiques publiques
    2023-2024

    05 - Lutter contre la pauvreté : de la science à la pratique : La protection (et la destruction) de l'environnement : Économie politique

    Résumé

    Quelles sont les difficultés pour faire accepter et réellement mettre en œuvre les politiques de protection de l'environnement ? Et de manière plus générale, comment réguler les entreprises dans des états relativement faibles ?

    • 2 h 5 min

Avis

4,6 sur 5
11 notes

11 notes

Classement des podcasts dans Éducation

Ma parole
France Culture
"Comment tu fais ?" by Laury Thilleman
Laury Thilleman
Change ma vie : Outils pour l'esprit
Clotilde Dusoulier
T'as qui en Histoire ?
Stéphane Genêt
Ces questions que tout le monde se pose
Maud Ankaoua
Choses à Savoir
Choses à Savoir

D’autres se sont aussi abonnés à…

Sismique
Julien Devaureix
Sens politique
France Culture
La Conversation scientifique
France Culture
Le vrai ou faux
franceinfo
Comprendre le monde - par Pascal Boniface
Pascal Boniface
Affaires étrangères
France Culture