1 563 épisodes

Développez facilement votre culture dans le domaine de la santé avec un podcast par jour !

Choses à Savoir SANTE Choses à Savoir

    • Forme et santé
    • 4,3 • 366 notes

Développez facilement votre culture dans le domaine de la santé avec un podcast par jour !

    Pourquoi les femmes peuvent-elles jouir plusieurs fois (et pas les hommes) ?

    Pourquoi les femmes peuvent-elles jouir plusieurs fois (et pas les hommes) ?

    S'il y a bien une chose que les hommes envient aux femmes, ce ne sont ni les menstrues, ni l'accouchement, ni les salaires trop bas, ni les soutiens-gorge mal ajustés. Non, ce qui fait vraiment rêver la plupart des hommes quand ils osent s'imaginer en femme, c'est la possibilité d'avoir plusieurs orgasmes d'affilée.

    Mais attention : s'il est vrai que la femme peut connaitre plusieurs orgasmes rapidement au cours d'un rapport sexuel ou pendant la masturbation, cela ne signifie pas que toutes les femmes y parviennent facilement. Décryptons ensemble le pourquoi et le comment de l'orgasme féminin, ou plutôt, des orgasmes féminins, puisqu'il en existe différents types.

    C'est quoi, l'orgasme chez une femme ?

    Contrairement à l'homme, dont l'organe sexuel multiplie les fonctions de reproduction, de plaisir et d'évacuation de l'urine, la femme dispose d'un organe dont le seul et unique but est le plaisir. Le clitoris est la source même des orgasmes vécus par la femme, qui se manifestent par des contractions espacées de quelques secondes ou microsecondes.

    En général, selon l'endroit où les contractions sont ressenties, l'orgasme prend un nom différent, bien qu'il soit toujours lié à la stimulation directe ou indirecte du clitoris. En effet, ce petit organe étend ses terminaisons nerveuses tout autour du vagin et de la zone périanale, ce qui permet de l'exciter par différents moyens.

    L'orgasme clitoridien est le plus connu et le plus accessible, il s'obtient par stimulation directe du clitoris. L'orgasme vaginal, plus profond, apparait avec la stimulation des parois du vagin par le pénis, par un sextoy ou par les doigts. L'orgasme mixte, lui, permet à la femme de ressentir des contractions dans toute la zone génitale.

    La période réfractaire, inexistante ou très courte pour la femme

    On nomme période réfractaire le moment qui suit l'orgasme, pendant lequel une nouvelle excitation sexuelle n'est pas possible. Chez l'homme, la période réfractaire peut durer quelques minutes, une heure, ou même un jour entier pendant lequel il ne parviendra pas à obtenir de nouvelle érection. Chez la femme, en revanche, cette période est quasiment nulle. C'est cette distinction qui lui permet d'obtenir de nombreux orgasmes d'affilée.

    On note toutefois que certaines femmes ne supportent plus le contact sexuel après un orgasme, et ont besoin de temps pour retrouver l'envie sexuelle, tandis que d'autres sont capables d'enchainer 5 ou 10 orgasmes sans pause. La capacité à connaitre des orgasmes multiples augmente avec l'âge, avec l'expérience et avec l'ouverture d'esprit qui permet d'explorer plusieurs pistes physiques ou mentales pour réitérer l'excitation.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Comment le syndrome du mâle irritable se manifeste-t-il ?

    Comment le syndrome du mâle irritable se manifeste-t-il ?

    Pour écouter la série sur Xavier Niel sur mon podcast Comment j'ai bâti un empire:

    Apple podcast:
    https://podcasts.apple.com/fr/podcast/mon-argent/id1569918922

    Spotify:
    https://open.spotify.com/show/6UduCKju82nA00KdBb08d9?si=KzkcGE8IRYOdR5m9hMbyZw

    Deezer:
    https://www.deezer.com/fr/show/2676812

    Google Podcast:
    https://www.google.com/podcasts?feed=aHR0cHM6Ly9yc3MuYWNhc3QuY29tL21vbi1hcmdlbnQ%3D

    ---------------------------------
    Alors que le syndrome prémenstruel féminin est désormais bien connu des professionnels de santé, le SMI reste sujet à caution en l'absence d'études formelles qui explicitent ses causes. Pourtant, si l'on en croit le directeur de la Wellman Clinic londonienne, Dr Petty, la moitié des hommes ayant 45 ans ou plus pourrait être concernée par le syndrome du mâle irritable.

    Comment se manifeste ce syndrome particulier, dont les causes seraient à la fois issues de données physiques, hormonales, psychiques, émotionnelles, mais aussi sociales et biologiques ?

    Les symptômes habituels du SMI

    Il faut d'abord savoir que le syndrome du mâle irritable n'est pas encore répertorié d'un point de vue médical, et ne peut donc pas donner lieu à un diagnostic. Toutefois, il semble s'exprimer d'une façon assez semblable chez tous les hommes concernés.

    Parmi les comportements inhabituels relevés, on peut noter une hypersensibilité marquée, même chez des hommes sans antécédent, ainsi que du stress, de l’anxiété, des fluctuations de l’humeur et des épisodes de déprime, voire de dépression. L’irritabilité et l’agressivité se manifestent aussi parfois dans le cadre d’un SMI.

    Le tableau ne s’arrête pas là : ces altérations de l’état de santé psychique peuvent entraîner d’autres symptômes handicapants comme une baisse de l’estime de soi, un manque d’intérêt ou une crainte au sujet des rapports sexuels, et, plus globalement, une impression de perdre son identité masculine.

    Qui est le plus à risque de souffrir du syndrome du mâle irritable ?

    Le trouble du SMI a été mis en évidence par le Dr Diamond en 2004. Ce sexologue américain établit une fourchette comprise entre 40 et 50 ans, pendant laquelle les hommes sont confrontés au risque de développer le syndrome. Ce risque est accentué par le fait que cette période coïncide avec la crise de milieu de vie qui touche hommes et femmes à l’aube de la cinquantaine, et remet en question aussi bien l’identité personnelle que les choix de vie.

    Les remèdes pour mieux vivre le SMI

    La science n’en étant qu’aux balbutiements concernant le SMI, il faut se tourner vers des médecines alternatives pour essayer d’améliorer les symptômes. Une psychothérapie peut aider l’homme touché à relativiser ses difficultés, à résoudre des conflits intérieurs et à apaiser sa relation aux autres.

    Le syndrome du mâle irritable serait lié à une baisse importante de la testostérone. Une piste médicamenteuse vise donc à introduire de la testostérone complémentaire dans l’organisme masculin dans le but de limiter les symptômes. Cette option reste pour le moment très discutée, notamment à cause du risque de cancer hormonodépendant qu’elle induit.

    Outre la consommation de tribulus, une plante qui aide à faire remonter le taux de testostérone, d'autres techniques sont couramment utilisées afin de contrer les effets du SMI comme la réflexologie, la sophrologie ou le shiatsu.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 4 min
    Pourquoi danser procure-t-il autant de plaisir ?

    Pourquoi danser procure-t-il autant de plaisir ?

    Esquisser quelques pas de salsa avec son partenaire, se trémousser dans sa chambre sur un fond de rock, s'entrainer sur la chorégraphie de son groupe de pop favori ou valser gaiement un soir d'été à la guinguette du village : danser est source de plaisir, dès lors qu'on se laisse porter par la musique et par le mouvement.

    D'où vient cette agréable sensation ? Est-ce le contexte festif qui permet d'éprouver du plaisir dans la danse, ou bien ce phénomène s'explique-t-il par un mécanisme plus physiologique ? Nous allons voir que la danse produit différents effets sur le corps et sur le psychisme, avec pour conséquence un bien-être général et une sensation grisante d'euphorie.

    Danser libère des endorphines, hormones du plaisir

    Les voilà, les fameuses hormones responsables du plaisir qui incitent à danser jusqu'au bout de la nuit, même lorsque l'on a mal aux pieds ou qu'un partiel corsé nous attend dès 8 heures le matin. Les endorphines font partie des neuropeptides, des hormones qui agissent sur les neurones. Elles sont libérées par l'organisme dans différentes situations : lors d'une activité physique de forte intensité, lors d'un moment d'excitation, lors du ressenti d'une douleur et pendant un orgasme.

    Or la danse, par ses mouvements impliquant tout le corps et ses rythmes soutenus, peut être considérée comme une activité intense, même si vous vous contentez de sauter à pied joints par terre. Quand vous dansez, et quelle que soit votre façon de faire, vous enjoignez votre corps à libérer des endorphines, qui procurent également un effet antistress et anti déprime.

    La danse, c'est aussi une expérience sociale bénéfique

    Dans une grande partie des situations, la danse se vit à plusieurs. Ce rapprochement des corps sans barrière, sans frontière, sans distinction de culture ou de niveau social est très positive pour l'être humain. Lorsque plusieurs personnes dansent ensemble, elles connaissent un sentiment d'appartenance profond, un besoin situé au troisième étage de la pyramide de Maslow. Et comme on le sait d'expérience, un besoin comblé assure du contentement sur le court et moyen terme.

    La combinaison danse et musique, imparable pour se faire plaisir

    Serait-ce inscrit dans nos gênes, ou bien les rythmes de la musique nous rappelleraient-ils les battements du coeur maternel perçus in utero ? Difficile à dire, toujours est-il qu'une musique avec un rythme répétitif et intense tend à nous donner des fourmis dans les jambes. Nulle combinaison n'est plus efficace que celle de la musique et de la danse pour que le corps libère une bonne dose d'endorphines.

    Alors, si vous avez du mal à vous motiver pour faire le ménage ou ranger des affaires, mettez un peu de musique, esquissez quelques pas de danse et le plaisir suivra !
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Vitamine D : qui doit se supplémenter en hiver ?

    Vitamine D : qui doit se supplémenter en hiver ?

    En ce qui concerne les vitamines, les médecins se montrent plutôt prudents en matière de complémentation. Une alimentation variée et équilibrée devrait en effet couvrir une bonne partie des besoins nutritionnels et micro-nutritionnels de l'être humain. Une vitamine échappe toutefois à la règle.

    Largement prescrite et conseillée en supplémentation, la vitamine D est indispensable à l'organisme. Faiblement présente dans l'alimentation, elle est synthétisée sous l'effet du soleil sur la peau. Cela implique que certaines personnes se trouvent plus à risque que d'autres d'en manquer, notamment pendant l'hiver. Alors, comment savoir si vous devez prendre des compléments en vitamine D ou s'ils sont inutiles pour vous ?

    Pourquoi manque-t-on de vitamine D en hiver ?

    La vitamine D est fabriquée par le corps lorsque les rayons du soleil sont en contact avec la peau. En hiver, plusieurs facteurs limitent cette synthèse. D'abord, le soleil est présent moins longtemps dans la journée. Ensuite, les habits couvrants qui protègent du froid réduisent aussi la surface de peau exposée. Enfin, le temps passé en extérieur s'amenuise lorsqu'il fait froid, au profit des activités d'intérieur.

    Or, la fin de l'hiver est la saison propice au développement de virus et des bactéries qui vont joyeusement se déployer au printemps, dès les remontées de température. Le système immunitaire ayant besoin de vitamine D pour se montrer efficace, il est judicieux de refaire le stock avant le printemps afin de contrer un maximum de ces maladies.

    Comment savoir si l'on doit prendre des compléments de vitamine D ?

    Une simple prise de sang peut mettre en évidence une carence en vitamine D. Il semblerait qu'en France métropolitaine, 8 Français sur 10 présentent une insuffisance en vitamine D, sans qu'elle ait forcément été diagnostiquée. Les médecins recommandent donc de prendre des compléments alimentaires pendant l'hiver de façon systématique, le surdosage étant quasiment impossible si l'on se réfère à la prescription.

    Certaines personnes synthétisent moins bien la vitamine D que d'autres, ou bien en manquent naturellement. Elles doivent alors veiller à assurer des apports supplémentaires pendant l'hiver, mais aussi pendant le reste de l'année. C'est le cas des personnes ayant la peau foncée, car cette dernière freine le passage des UVB. C'est aussi le cas des personnes âgées, qui sortent moins, des personnes avec un excès de poids dont la graisse bloque la vitamine, et des personnes souffrant d'ostéoporose ou d'insuffisance rénale.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Pourquoi certaines personnes mangent-elles beaucoup sans grossir ?

    Pourquoi certaines personnes mangent-elles beaucoup sans grossir ?

    Alors qu'en France, plus d'un adulte sur 10 est en situation d'obésité, certaines personnes semblent au contraire capables d'avaler de grosses quantités de nourriture sans prendre un seul gramme. Ce phénomène difficile à croire pour celles et ceux qui tentent en vain de perdre quelques kilos n'est pas si facile à vivre au quotidien. Soupçonnées d'anorexie, ces personnes aimeraient souvent gagner quelques kilos de muscle ou de graisse bien localisée pour donner le change et se sentir mieux dans leur peau. Car la maigreur, au même titre que l'obésité, est une zone de poids extrême sujette aux nombreux préjugés dans notre société.

    Au-delà de toute maladie ou activité intense qui pourrait entrainer un amaigrissement récurrent, comment ces personnes maigres de nature parviennent-elles à rester minces en toutes circonstances ?

    Première hypothèse : une dépense métabolique plus importante

    Le métabolisme de base est l'ensemble des mécanismes qui permettent à notre corps de se déplacer, de se nourrir, de se reproduire, bref, de survivre. Selon les périodes de la vie et la situation de chacun, le métabolisme peut être plus ou moins rapide. Après une période de régime, par exemple, le métabolisme est très ralenti car le corps se met en mode famine et dépense le moins d'énergie possible, ce qui explique pourquoi il est difficile de maintenir son poids après des privations alimentaires.

    Chez d'autres personnes, en revanche, le métabolisme basal est très élevé. Le corps au repos brûle beaucoup d'énergie, alors qu'une personne au métabolisme lent avec le même niveau d'activité consommera moins de calories quotidiennes.

    Quelqu'un qui possède un métabolisme élevé aura besoin de manger beaucoup afin de satisfaire les besoins calorifiques de son organisme.

    Deuxième hypothèse : une différence de constitution graisseuse

    Le saviez-vous ? Il existe deux types de graisse différents présents dans l'organisme, dont les fonctions ne sont pas identiques. La graisse blanche, la plus connue, est celle qui permet de conserver l'énergie et de prendre du poids. La graisse brune, elle, a le rôle strictement inverse. Elle génère de la chaleur afin de dépenser de l'énergie supplémentaire. On retrouve ce type de graisse chez les bébés, mais aussi chez certaines personnes qui présentent une maigreur constitutionnelle, c'est-à-dire sans explication particulière.

    Une étude menée par le CHU de Saint-Etienne relate que les zones de graisse brune des personnes maigres produisent davantage de chaleur que le reste de leur corps. Cela pourrait expliquer la difficulté de ces personnes à prendre du poids. La proportion de graisse brune dans le corps serait génétique, ce qui expliquerait également que la maigreur constitutionnelle se retrouve régulièrement d'une génération à une autre.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 3 min
    Les hommes deviennent-ils de plus en plus bêtes ?

    Les hommes deviennent-ils de plus en plus bêtes ?

    Qu'il s'agisse de discours de plusieurs heures, de livres entiers d'Histoire ou de tirades à rallonge et de poèmes sans fin, l'Homme a su faire preuve par le passé d'une mémoire conséquente. C'est ainsi que nous sont parvenus les récits d'Homère et d'autres grands auteurs, lorsque l'écriture était réservée aux plus riches des citoyens.

    Aujourd'hui, les élèves se contentent d'apprendre une ou deux strophes d'un poème connu, alors que les petits écoliers de l'Antiquité devaient réciter des pages entières sans faillir. Est-ce la preuve que l'intelligence de l'Homme s'amoindrit ? Les technologies sont-elles responsables de ce phénomène ? Les générations futures vont-elles être de plus en plus bêtes ?

    La science pense que l'Homme a atteint son QI maximal

    Alors que le quotient intellectuel avait subi une augmentation flagrante après la Seconde Guerre mondiale, ce marqueur utilisé pour comparer l'intelligence semble indiquer un rebond inverse les 20 dernières années. Le QI moyen des Français a ainsi baissé de presque 4 points entre 1999 et 2008.

    Les scientifiques avancent l'hypothèse que cette fluctuation indique seulement que l'Homme a atteint son QI maximal. Les quelques points de variation ne seraient alors pas significatifs, ou bien s'expliqueraient par la dysgénie.

    La dysgénie, une possible responsable de la baisse du QI moyen

    Si l'on se penche sur l'hypothèse avancée par certains chercheurs, dont Lynn et Harley, la baisse du quotient intellectuel peut être imputable à la dysgénie. Ce terme évoque le fait que les personnes ayant un QI élevé tendent à avoir moins d'enfants que les personnes avec un QI plus faible. In fine, la population compterait donc de plus en plus de profils avec un QI moyen ou faible.

    Cette thèse n'est toutefois pas admise par tous les chercheurs, et d'autres facteurs peuvent expliquer la diminution de l'intelligence globale des populations des pays développés.

    Les différentes causes qui expliquent que l'Homme devient moins intelligent

    Parmi les nombreux facteurs qui jouent sur le développement de l'intelligence, il faut mettre en avant l'importance d'une structure familiale équilibrée, celle d'un environnement stimulant pour la créativité, mais aussi l'importance de l'alimentation saine et de la lecture régulière.

    Or, l'abondance de nourriture dans les pays développés va à l'encontre du suivi d'un régime équilibré, puisque les aliments gras et sucrés attirent davantage les populations jeunes que les aliments sains. Chez les familles moins aisées, c'est aussi la malbouffe qui est la plus accessible financièrement.

    En outre, la prévalence de la télévision et des écrans incite à des loisirs passifs qui ne stimulent pas l'intelligence au même titre que la lecture de romans, le bricolage manuel ou les sorties à l'extérieur.

    Qu'en est-il de l'intelligence de nos descendants ?

    Si l'Homme a effectivement atteint son potentiel maximal d'intelligence, les futures générations resteront à ce même stade ou régresseront, en fonction de la qualité des stimulations proposées par l'environnement et de l'alimentation. Cette hypothèse irait dans le même sens que le plafonnement de la longévité, affecté par les conditions de vie et le sédentarisme fréquent dans les pays développés.

    Il ne faut cependant pas oublier que l'intelligence se manifeste de multiples façons autres que par le QI. L'Homme a donc encore de la marge de progression pour continuer à évoluer.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 3 min

Avis

4,3 sur 5
366 notes

366 notes

Titi91380 ,

J’adore

Contenus très simplifiés et bien raconté malgré la complexité de certains .
Sujet toujours intéressant.

h.haelyb ,

Merci ! C’est un super podcast

Podcast qui apporte énormément chaque jours. Le fait d’acquérir de nouvelles connaissances en quelques minutes est très enrichissant et je suis très heureuse de l'avoir découvert !

En se préparant, en faisant la vaisselle ou en faisant le ménage, Choses à savoir EST le podcast !
Je vous remercie :))

vivitroll11 ,

Génial 👍

Trop bien

Classement des podcasts dans Forme et santé

Louie Media
Morphée
Anne Ghesquière
Psychologue
Take Kare
France Télévisions / Mediawan Digital Studio / Reservoir Prod

D’autres se sont aussi abonnés à…

Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir

Plus par Choses à Savoir

Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir