55 épisodes

Présages, des idées pour nourrir l'esprit et remettre radicalement en question l'état de notre monde.

Présages Alexia Soyeux

    • Culture et société
    • 4,9 • 1,2 k notes

Présages, des idées pour nourrir l'esprit et remettre radicalement en question l'état de notre monde.

    Romaric Godin : “Le macronisme est une forme extrême de néolibéralisme au regard de la France”

    Romaric Godin : “Le macronisme est une forme extrême de néolibéralisme au regard de la France”

    Romaric Godin est journaliste économique à Mediapart, et l’auteur de “La guerre sociale en France : aux sources économiques de la démocratie autoritaire”.
    L’ouvrage permet de mieux comprendre le projet d’Emmanuel Macron et ses fondements idéologiques : comment le macronisme - qui se présentait comme un centrisme - est en fait un projet radical qui vise à transformer le capitalisme français et installer en profondeur le paradigme néolibéral.
    Selon Romaric Godin, le néolibéralisme n’est pas qu’une simple théorie économique mais un mode de gestion du capitalisme, qui défend l’idée centrale que “ l’État doit, dans l’intérêt général, se placer du côté du capital pour favoriser la création de richesses à partager par une marchandisation élargie” de tous les pans de la société. Le marché devient ainsi le lieu de la justice, puisque lui seul peut déterminer la valeur réelle des biens et services produits. Le néolibéralisme n’implique donc pas le retrait de l’État du monde économique, mais bien la mise au service de l’État au profit du capital.
    Le livre retrace la généalogie de la doctrine néolibérale et rappelle le consensus pseudo scientifique sur lequel il se fonde ; il analyse comment le projet macroniste marque une rupture autoritaire dans l’histoire du capitalisme français, qui avait maintenu jusqu’ici un modèle hybride entre capital et travail, grâce aux fortes résistances du corps social. Il décortique la guerre culturelle qui se joue pour faire accepter la marchandisation de la société et la destruction progressive de l’Etat social français, et appelle à penser une alternative pour sortir de l’impasse écologique et sociale.

    Entretien enregistré le 13 mai 2022

    APPROFONDIR

    www.presages.fr/blog/2022/romaric-godin
    https://twitter.com/RomaricGodin
    https://www.editionsladecouverte.fr/la_guerre_sociale_en_france-9782348045790

    • 1h 9 min
    Greenwashing : une idéologie qui verrouille notre trajectoire insoutenable

    Greenwashing : une idéologie qui verrouille notre trajectoire insoutenable

    Laure Teulières et Guillaume Carbou sont membres de l’Atécopol, collectif pluridisciplinaire de scientifiques travaillant sur la question écologique, et ont coordonné, avec Aurélien Berlan, l’ouvrage Greenwashing, manuel pour dépolluer le débat public qui vient de paraître aux éditions du Seuil.

    Si le greenwashing désignait à l’origine un verdissement de la communication de produits ou d’entreprises, il apparait désormais comme une véritable idéologie, symptôme d’une pensée moderne verrouillée par l’économisme, le techno-solutionnisme et la pensée en silo.

    En récupérant un discours environnementaliste vidé de sa substance, le greenwashing est l’outil principal du maintient du status quo, déguisé derrière un monde écologisé grâce aux énergies décarbonées, aux smart cities, à l’économie circulaire ou à la capture du carbone.

    Dans une démarche d’autodéfense intellectuelle, l’ouvrage permet d’appréhender le greenwashing dans la grande diversité de ses manifestations, en révélant les fausses promesses, les demi-solutions et les formes d’enfumage qui faussent le débat public, empêchent des choix de société véritablement éclairés, et nous enferment dans la trajectoire insoutenable du business as usual.

    Entretien enregistré le 5 avril 2022

    APPROFONDIR

    https://www.presages.fr/blog/2022/greenwashing


    L’Atécopol https://atecopol.hypotheses.org/
    et https://twitter.com/AtEcoPol

    Greenwashing - Manuel pour dépolluer le débat public, Collectif, sous la direction d’Aurélien Berlan, Guillaume Carbou et Laure Teulières, collection Anthropocène, Seuil
    https://www.seuil.com/ouvrage/greenwashing-collectif/9782021492897

    • 49 min
    Mickaël Correia : les criminels climatiques qui brûlent la planète

    Mickaël Correia : les criminels climatiques qui brûlent la planète

    Mickaël Correia est journaliste à Mediapart, spécialiste des questions climatiques.
    Dans son livre “Criminels climatiques”, il enquête sur les trois principales multinationales fossiles que sont Saudi Aramco, Gazprom et China Energy. Peu connues du grand public, ce sont pourtant les entreprises les plus polluantes, les plus climaticides et les plus prospères au monde ; elles sont d’ailleurs chacune solidement enracinées en France.
    Loin de réduire ou de stabiliser leurs émissions, elles misent des milliards pour piller les dernières réserves énergétiques et projettent d’accroitre l’extraction d’énergies fossiles d’au moins 20% d’ici 2030. L’enquête éclaire le fonctionnement du système politique et économique qui leur permet de faire durer notre addiction générale au carbone en toute impunité, et en toute connaissance de cause, en mettant à jour leurs stratégies de corruption, néocolonialisme, lobbying, greenwashing et soft power.

    A l’opposé d’une écologie sans ennemis, Mickaël Correia entend dénoncer les responsables du chaos et placer le sujet du climat au coeur des luttes d’émancipation.

    ---
    Entretien enregistré le 3/2/2022

    Approfondir :

    Suivre Mickaël Correia sur Twitter : https://twitter.com/MickaCorreia

    www.presages.com/blog/2022/mickael-correia

    • 55 min
    Sofia Kabbej - Il faut qu'on parle de géo-ingénierie

    Sofia Kabbej - Il faut qu'on parle de géo-ingénierie

    Sofia Kabbej est chercheuse au sein du Pôle Climat, énergie et sécurité de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques. Elle travaille sur les impacts sécuritaires du changement climatique, et étudie également la géo-ingénierie du climat, un sujet aux contours flous encore peu évoqué en France, mais qui génère déjà de gros investissements.

    La géo-ingénierie correspond à l’ensemble des techniques mises en œuvre afin de corriger les effets de la pression humaine sur l’environnement. On distingue deux grandes familles : celle qui agit sur les causes du réchauffement, c’est à dire la concentration de CO2 dans l’atmosphère ; et celle qui agit sur les conséquences du réchauffement, c’est à dire l’augmentation de la température moyenne. On parle ici de “gestion du rayonnement solaire”, avec des techniques qui visent à modifier la quantité de soleil reçue par la Terre.

    Face à l’échec des politiques de réduction des émissions, et à mesure que la dérive climatique s’accélère, le discours d’apprenti sorcier de la géo-ingénierie semble gagner de l’importance, mais suscite le débat et la controverse. En effet, les risques politiques, scientifiques et sociaux associés à ces techniques sont nombreux et donnent le vertige.

    Par ailleurs, en concentrant le débat sur l’enjeux climatique et en faisant miroiter des solutions miracles, on néglige les autres limites planétaires (telle que la biodiversité, les pollutions ou l’acidification des océans) tout en maintenant le statut quo du capitalisme fossile.

    Qui investit dans la géo-ingénierie ? Quelles sont les techniques les plus étudiées  ? Quels risques, quelle gouvernance, et quelle bataille des idées se joue ?

    Entretien enregistré le 3/2/2022

    Approfondir :

    https://www.presages.com/blog/2022/sofia-kabbej

    Suivre Sofia Kabbej sur Twitter : https://mobile.twitter.com/kabsofia

    Rapport REAGIR “Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement” :
    https://anr.fr/fileadmin/documents/2016/Rapport-final-ARP-REAGIR-mai-2014.pdf

    • 47 min
    Cy Lecerf Maulpoix : Ecologies déviantes - queer, nature et contre-nature

    Cy Lecerf Maulpoix : Ecologies déviantes - queer, nature et contre-nature

    Comment s’articulent les luttes LGBTQI+ et les questions écologiques ?
    Pourquoi peut-il être compliqué de militer en tant que queer dans le milieu écolo, notamment en France ?
    Quel enrichissement des perspectives politiques les luttes LGBT peuvent-elles apporter à l’écologie ?
    Comment dépasser la conception mythifiée d’une nature binaire et l’essentialisation des rapports sociaux ?

    ---
    Cy Lecerf Maulpoix est journaliste et militant, engagé pour la justice climatique et dans les luttes LGBTQI+
    Il est l’auteur du livre Écologies déviantes, dans lequel il étudie l’articulation des luttes LGBT et des questions écologiques.

    Quels sont ces liens entre ces deux thématiques que l’on n’a pas l’habitude de penser ensemble a priori ?
    De plus en plus de personnes queer s’engagent au sein du mouvement écolo, mais peuvent peiner à y trouver leur place, du fait des mécaniques sexistes et virilistes qui y existent comme ailleurs.

    Pourtant, nous verrons que les personnes LGBT peuvent avoir des vulnérabilités spécifiques aux impacts de la crise climatique, du fait de leur plus grande précarité et de leur marginalisation, mais également parce qu’en cas de gestion de catastrophe, la vision hétéronormée qui domine privilégie les familles et les personnes cisgenres.

    Si on observe depuis quelques temps une prise de conscience de la nécessité de penser ensemble les différentes discriminations systémiques et les questions écologiques, on assiste en même temps à une montée en puissance d’une forme d’écologie réactionnaire, ancrée aussi bien à droite qu’à gauche.

    En effet, on retrouve aussi bien au sein de l’écologie intégrale catholique qu’au sein de la pensée technocritique ou décroissante la conception figée d’une « Nature » constituée de lois et de limites, au sein de laquelle l’hétérosexualité et la binarité homme/femme sont la norme.

    L’homosexualité et les transidentés peuvent ainsi être catégorisées comme "contre-nature », et l’argument écologique s’associe à la critique de la technologie pour légitimer plus ou moins frontalement l’exclusion et les violences à l’égard des personnes « déviantes ».

    Face à ces constats, l’ouvrage Écologies déviantes propose un parcours parmi des figures et des mouvements passés et présents, afin d’enrichir les perspectives politiques et de recomposer les luttes en prenant en compte la diversité des expériences.

    --
    Entretien enregistré le 4/11/2021

    Approfondir

    Ecologies déviantes, édition Cambourakis
    https://www.cambourakis.com/tout/sorcieres/ecologies-deviantes/

    Mediapart - Cy Lecerf Maulpoix : « La lutte climatique demeure encore très blanche et hétérocentrée »
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/240721/cy-lecerf-maulpoix-la-lutte-climatique-demeure-encore-tres-blanche-et-heterocentree?onglet=full

    • 52 min
    Pierre Madelin : primitivisme, écofascisme

    Pierre Madelin : primitivisme, écofascisme

    Faut-il en finir avec la civilisation ?
    Qu’est-ce le courant de pensée primitiviste ?
    Existe-t-il une rupture fondamentale expliquant l’origine de la crise écologique ?
    Les sociétés de chasseurs-cueilleurs étaient-elles exemptes de rapports de domination ?

    Ce sont les questions abordées avec Pierre Madelin, avec qui l’on parle aussi des définitions, des racines et des risques de l’écofascisme.

    -

    Pierre Madelin est traducteur et auteur. Son dernier livre, Faut-il en finir avec la civilisation ? (Ecosociété), propose une analyse des courants de pensée « primitivistes » et hostiles à l’idée de « civilisation ». Ce courant soutient l’idée que le désastre écologique global trouverait sa source au néolithique, lorsque les humains renoncent au mode de vie chasseur-cueilleur et mettent en place la domestication. Cette rupture serait à l’origine de la domination sous toute ses formes ; la domestication étant ainsi conçue comme la matrice de toutes les dominations.
    Bien que ces sensibilités à proprement parler soient très peu répandues, on en retrouve certaines idées chez des auteurs tels que Yuval Noah Harari ou Jared Diamond, ainsi qu’au sein de mouvements écologistes, anarchistes et féministes, qui interrogent l’origine de la violence et de la domination, et l’imbrication entre la domination de la nature et les hiérarchies sociales (de classe, de genre et de race).
    Pierre Madelin entreprend ainsi de démêler les faits et les mystifications quant aux sociétés de chasseurs-cueilleurs. Car, si elles n’étaient pas structurées autour de l’État ou de la productivité capitaliste, elles furent en réalité bien loin de sociétés idéales faites d’égalité, de non-violence et d’harmonie.
    Dans la deuxième partie, nous parlons de son article sur l’écofascisme, pour tenter d’en donner des définitions, et en comprendre les origines idéologiques et les dangers.

    -
    Entretien enregistré le 10/10/2021

    -
    Approfondir

    Présages : https://www.presages.fr/blog/2021/pierre-madelin

    Faut-il en finir avec la civilisation ? Primitivisme et effondrement, Editions Ecosociété
    https://ecosociete.org/livres/faut-il-en-finir-avec-la-civilisation

    Ballast : Pierre Madelin : « Il existe des possibilités réelles de désertion »https://www.revue-ballast.fr/pierre-madelin-il-existe-des-possibilites-reelles-de-desertion/

    Terrestres - La tentation éco-fasciste : migrations et écologie, Pierre Madelin https://www.terrestres.org/2020/06/26/la-tentation-eco-fasciste-migrations-et-ecologie/

    • 1h

Avis

4,9 sur 5
1,2 k notes

1,2 k notes

Masssssssssssssssssssss ,

Bien bien bien

Pas tous pas tout le temps mais quand même
😇😈
Et il y a le 🔥

Le cookiea masqué ,

⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Merci

Melvillelanuit ,

Un podcast essentiel

Et qui a en plus le bon goût de savoir rester indépendant et sincère.

Classement des podcasts dans Culture et société

France Inter
France Culture
Slate.fr
France Culture
Agathe Lecaron
Clémentine Galey

D’autres se sont aussi abonnés à…

Julien Devaureix
Thinkerview
France Culture
France Inter
Gregory Pouy
ARTE Radio