142 épisodes

La chaire Histoire intellectuelle de la Chine a été créée en 2008 sur la proposition de Pierre-Étienne Will, titulaire de la chaire Histoire de la Chine moderne de 1991 à 2014, et en écho à la chaire Histoire sociale et intellectuelle de la Chine occupée par Jacques Gernet de 1975 à 1992. Sa mission principale est d'animer la discipline qu'il est convenu d'appeler « sinologie » et que l'on peut considérer comme une invention française, la toute première chaire consacrée aux études chinoises en Europe ayant été créée au Collège de France dès 1814.
Jusqu'au milieu du siècle dernier, cette discipline s'est constituée sur le modèle des études classicistes antiquisantes (gréco-latines en particulier), avec la mise en œuvre d'une approche avant tout philologique. Depuis l'après Seconde Guerre mondiale et les années 1960-70, le champ des connaissances et des compétences concernant le monde chinois s'est élargi aux sciences humaines et sociales, et il n'est désormais plus possible de se limiter à une méthodologie qui ne prendrait en compte que les sources textuelles.

La question de la continuité ou de la discontinuité entre une Chine dite « traditionnelle » ou « classique », et une Chine « moderne » et « contemporaine » se pose partout et à tout instant. Il est donc devenu indispensable d'envisager les matériaux anciens, non seulement à travers une lecture savante et exégétique, mais aussi à travers leurs appropriations et réinterprétations multiples dans la Chine et le monde d'aujourd'hui. C'est ce à quoi s'emploie la chaire, dans tous les aspects de ses diverses activités qui vont de l'édition bilingue de textes en chinois classique jusqu'à l'édition numérique de travaux de recherche, de conférences invitées et d'actes de colloques internationaux, en passant par des publications de livres concernant divers aspects de l'histoire intellectuelle chinoise dans toute sa longue durée.

Née en 1955 à Paris de parents chinois, Anne Cheng a suivi un parcours complet à l'école de la République, nourri d'humanités classiques et européennes, jusqu'à l'École normale supérieure, avant de choisir de se consacrer entièrement aux études chinoises. Depuis plus de quarante ans, elle a mené ses travaux d'enseignement et de recherche sur l'histoire intellectuelle de la Chine, en particulier sur le confucianisme, d'abord dans le cadre du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), puis de l'Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales), avant d'être nommée à l'Institut universitaire de France et, peu de temps après, élue au Collège de France.

Elle est l'auteure notamment d'une traduction en français des Entretiens de Confucius, d'une étude sur le confucianisme du début de l'ère impériale et d'une Histoire de la pensée chinoise traduite en de nombreuses langues européennes et orientales. Elle a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs, parmi lesquels La pensée en Chine aujourd'hui (Gallimard, 2007), Lectures et usages de la Grande Étude : Chine, Corée, Japon (Collège de France, 2015), India-China : Intersecting Universalities (OpenEdition Books, 2020), Historians of Asia on Political Violence (OpenEdition Books, 2021), Penser en Chine (Gallimard, 2021), Autour du Traité des rites (Hémisphères, 2022).

Depuis 2010, elle codirige la collection des « Budé chinois » aux Belles Lettres.

Histoire intellectuelle de la Chine - Anne Cheng Collège de France

    • Éducation
    • 4,8 • 22 notes

La chaire Histoire intellectuelle de la Chine a été créée en 2008 sur la proposition de Pierre-Étienne Will, titulaire de la chaire Histoire de la Chine moderne de 1991 à 2014, et en écho à la chaire Histoire sociale et intellectuelle de la Chine occupée par Jacques Gernet de 1975 à 1992. Sa mission principale est d'animer la discipline qu'il est convenu d'appeler « sinologie » et que l'on peut considérer comme une invention française, la toute première chaire consacrée aux études chinoises en Europe ayant été créée au Collège de France dès 1814.
Jusqu'au milieu du siècle dernier, cette discipline s'est constituée sur le modèle des études classicistes antiquisantes (gréco-latines en particulier), avec la mise en œuvre d'une approche avant tout philologique. Depuis l'après Seconde Guerre mondiale et les années 1960-70, le champ des connaissances et des compétences concernant le monde chinois s'est élargi aux sciences humaines et sociales, et il n'est désormais plus possible de se limiter à une méthodologie qui ne prendrait en compte que les sources textuelles.

La question de la continuité ou de la discontinuité entre une Chine dite « traditionnelle » ou « classique », et une Chine « moderne » et « contemporaine » se pose partout et à tout instant. Il est donc devenu indispensable d'envisager les matériaux anciens, non seulement à travers une lecture savante et exégétique, mais aussi à travers leurs appropriations et réinterprétations multiples dans la Chine et le monde d'aujourd'hui. C'est ce à quoi s'emploie la chaire, dans tous les aspects de ses diverses activités qui vont de l'édition bilingue de textes en chinois classique jusqu'à l'édition numérique de travaux de recherche, de conférences invitées et d'actes de colloques internationaux, en passant par des publications de livres concernant divers aspects de l'histoire intellectuelle chinoise dans toute sa longue durée.

Née en 1955 à Paris de parents chinois, Anne Cheng a suivi un parcours complet à l'école de la République, nourri d'humanités classiques et européennes, jusqu'à l'École normale supérieure, avant de choisir de se consacrer entièrement aux études chinoises. Depuis plus de quarante ans, elle a mené ses travaux d'enseignement et de recherche sur l'histoire intellectuelle de la Chine, en particulier sur le confucianisme, d'abord dans le cadre du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), puis de l'Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales), avant d'être nommée à l'Institut universitaire de France et, peu de temps après, élue au Collège de France.

Elle est l'auteure notamment d'une traduction en français des Entretiens de Confucius, d'une étude sur le confucianisme du début de l'ère impériale et d'une Histoire de la pensée chinoise traduite en de nombreuses langues européennes et orientales. Elle a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs, parmi lesquels La pensée en Chine aujourd'hui (Gallimard, 2007), Lectures et usages de la Grande Étude : Chine, Corée, Japon (Collège de France, 2015), India-China : Intersecting Universalities (OpenEdition Books, 2020), Historians of Asia on Political Violence (OpenEdition Books, 2021), Penser en Chine (Gallimard, 2021), Autour du Traité des rites (Hémisphères, 2022).

Depuis 2010, elle codirige la collection des « Budé chinois » aux Belles Lettres.

    09 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    09 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    Anne Cheng
    Collège de France
    Histoire intellectuelle de la Chine
    Année 2023-2024

    09 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    • 59 min
    08 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    08 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    Anne Cheng
    Collège de France
    Histoire intellectuelle de la Chine
    Année 2023-2024

    08 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    • 56 min
    07 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    07 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    Anne Cheng
    Collège de France
    Histoire intellectuelle de la Chine
    Année 2023-2024

    07 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    • 55 min
    06 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    06 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    Anne Cheng
    Collège de France
    Histoire intellectuelle de la Chine
    Année 2023-2024

    06 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    • 59 min
    05 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    05 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    Anne Cheng
    Collège de France
    Histoire intellectuelle de la Chine
    Année 2023-2024

    05 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    • 1h 2 min
    04 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    04 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    Anne Cheng
    Collège de France
    Histoire intellectuelle de la Chine
    Année 2023-2024

    04 - « La Chine est donc un État despotique, dont le principe est la crainte »

    • 55 min

Avis

4,8 sur 5
22 notes

22 notes

HPoupeau ,

Tres didactique et pédagogique

Anne Cheng est très agréable à écouter. Elle indique aussi les grands concepts en chinois. Beaucoup de références littéraires et philosophiques et un accent mis sur des penseurs chinois contemporains

Classement des podcasts dans Éducation

Alhine K
Miracle Fajr Podcast
Martange
Maud Ankaoua
Choses à Savoir
BBC Radio

D’autres se sont aussi abonnés à…

France Culture
Storiavoce
France Culture
France Culture
France Culture
France Culture

Plus par Collège de France

Collège de France
Collège de France
Collège de France
Collège de France
Collège de France
Collège de France