25 épisodes

L'actualité du football européen traitée par la rédaction de L'Équipe une fois par semaine.

Big 5 L'Equipe

    • Football
    • 4.6, 54 notes

L'actualité du football européen traitée par la rédaction de L'Équipe une fois par semaine.

    Paris a recréé le lien

    Paris a recréé le lien

    En renversant le Borussia Dortmund, le PSG n'a pas seulement vaincu la malédiction qui le hantait en 8e de finale de la Ligue des champions. Le club de la capitale a, dans le contexte si particulier du huis clos, conquis ses supporters. Et ravivé ses vertus collectives.
    C’était une atmosphère ô combien particulière. Mercredi soir, dans l’ambiance feutrée du huis clos, le PSG a arraché son billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions, aux dépens du Borussia Dortmund (2-0) (https://www.lequipe.fr/Football/match-direct/ligue-des-champions/2019-2020/psg-borussia-dortmund-live/470041). Cette qualification, les supporters parisiens l’ont fêtée… à l’extérieur du Parc des Princes. Comment, dans ce contexte si particulier, Paris a-t-il réussi à recréer le lien avec son public, mais aussi en interne ?
    Du pressing, de l’intensité, un bloc compact : sur la pelouse, les Parisiens ont en tout cas réussi une vraie belle prestation collective. Au milieu, le tandem Gueye-Paredes a tenu la baraque. Derrière, le duo Marquinhos-Kimpembé (https://www.lequipe.fr/Football/Article/Marquinhos-et-kimpembe-ont-forme-l-axe-fort-du-psg-contre-dortmund/1118847) a fait totalement oublier l’absence de Thiago Silva. Faut-il pour autant en déduire que le PSG est plus solide sans son capitaine ?
    Enfin, cette qualification, c’est celle d’un entraîneur aux choix si décriés lors du match aller : Thomas Tuchel. Cette fois, l’Allemand ne s’est pas trompé. Il s’est même montré inspiré en préférant Pablo Sarabia à un Kylian Mbappé pas à 100 % de ses moyens, ou en titularisant Juan Bernat à gauche et Leandro Paredes au milieu. Ces bons choix balaient-ils d’un coup toutes les critiques (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Ligue-des-champions-l-entraineur-du-psg-thomas-tuchel-regle-ses-comptes-en-allemagne/1118944) le concernant ?
    Animé par Marie-Amélie Motte, avec José Barroso, Hugo Delom et Arnaud Hermant. Réalisé par Gil Baudu.
    Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy (https://acast.com/privacy)

    • 26 min
    Et à la fin, c'est Giroud qui joue

    Et à la fin, c'est Giroud qui joue

    Une partie de sa carrière se sera résumée à tenter de lever les doutes. Mais voilà qu’Olivier Giroud rejoue avec Chelsea et qu’il est presque partant certain pour l’Euro 2020. Sans être le meilleur attaquant de la planète, le champion du monde semble incontournable. Pourquoi ?
    Olivier Giroud est précédé d’une réputation de mec sympa. À 33 ans, le robuste attaquant des Blues (1,93 m, 90 kg) n’est jamais allé au bras de fer pour des questions de salaire ou de transfert. Dernier exemple en date : son attitude exemplaire, lors du mercato d’hiver, louée par son entraîneur à Chelsea, Frank Lampard (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Transferts-frank-lampard-chelsea-ferme-la-porte-pour-olivier-giroud/1104807). D’où Giroud tire-t-il cette force de caractère et cette gentillesse que lui prêtent ses coéquipiers ?
    Il y a dix ans, le Savoyard quittait Tours et la Ligue 2 pour Montpellier. Moins d’un an et demi après son arrivée dans l’élite, il était appelé en équipe de France pour la première fois (le 11 novembre 2011). La suite est édifiante : champion de France en 2012 avec le MHSC, 97 fois sélectionné en bleu et champion du monde en 2018. Pourquoi Didier Deschamps, sélectionneur depuis 2012, lui a-t-il toujours fait confiance ?
    Ses 39 buts sous le maillot tricolore ont beau faire de lui le troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus derrière Platini (41) et Henry (51), l’ancien Gunner n’a inscrit que 4 buts en phases finales de grandes compétitions internationales (1 à la Coupe du monde 2014, 3 à l’Euro 2016). On dit de lui qu’il fait briller les autres. Est-ce vrai ? Ses qualités sur le terrain expliquent-elles sa remarquable carrière et sa longévité ?
    Animé par Marie-Amélie Motte, avec Damien Degorre, Vincent Duluc et François Verdenet. Réalisé par Gil Baudu.
    Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy (https://acast.com/privacy)

    • 27 min
    Le Real Madrid essoufflé au pire moment ?

    Le Real Madrid essoufflé au pire moment ?

    Il y a deux semaines, tout allait pour le mieux au Real. Le club madrilène était leader de Liga, allait retrouver Eden Hazard après de longs mois d'absence et abordait avec optimisme son huitième de finale face à Manchester City. Mais le ciel s'est depuis couvert de nuages.
    Le Real Madrid de Zinédine Zidane a perdu ses deux dernières rencontres, c'est suffisamment rare pour le souligner. Dernière défaite en date : lors du  choc face au Manchester City de Pep Guardiola (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Ligue-des-champions-manchester-city-renverse-le-real-madrid/1113825), mercredi (2-1) en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions. Un match au cours duquel les tauliers du club n'ont pas brillé, notamment Sergio Ramos, expulsé en fin de match. La génération victorieuse des Ramos et Modric semble s'essouffler. Au pire moment pour de la saison pour la Maison Blanche ?
    Les Madrilènes ont aussi flanché en Championnat, où ils ont pris un seul point lors des deux derniers matches (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Liga-le-real-battu-a-levante-abandonne-la-place-de-leader-au-barca/1112404) et ont même perdu à nouveau Hazard sur blessure (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Encore-blesse-eden-hazard-se-dirige-vers-une-saison-presque-blanche-avec-le-real-madrid/1112730). Le FC Barcelone a repris le fauteuil de leader, avec deux points d'avance. Le Real accueille son grand rival au Bernabeu dimanche (21h00) avec une opportunité de repasser devant Messi and co. Ce Real-Barça est-il un tournant de la saison, à 13 journées de la fin de la Liga ?
    Animé par Marie-Amélie Motte, avec José Barroso, Lionel Dangoumau et Antoine Maumon de Longevialle (par téléphone, depuis Monaco).

    • 25 min
    Paris, la peur au ventre

    Paris, la peur au ventre

    C’est une défaite qui pose question. À Dortmund, le PSG s’est incliné (1-2) en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions mardi 18 février. Animation brouillonne, choix tactiques discutables, le staff comme les joueurs n’ont pas été à la hauteur de l’enjeu.
    « On a joué aujourd’hui avec trop de peur de faire une erreur », a concédé Thomas Tuchel (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Thomas-tuchel-entraineur-du-psg-battu-par-le-borussia-dortmund-on-a-joue-avec-trop-de-peur/1111075) ce mardi 18 février après l’échec à Dortmund (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Ligue-des-champions-le-psg-perd-la-premiere-manche-face-au-borussia-dortmund/1111010) (1-2), avant d’ajouter : « Je ne sais pas pourquoi. » Que s'est-il joué avant et pendant le match pour susciter cette crainte de mal faire chez les joueurs ? Comment expliquer ce manque d’intensité et de « confiance » sur le terrain ?
    Immanquablement, les choix de Tuchel sont analysés de près. Lancer son équipe en 3-4-3 (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Psg-thomas-tuchel-justifie-les-choix-de-sa-composition-d-equipe/1110962) alors que ces deux derniers mois, le PSG avait principalement évolué en 4-4-2, pose question. Le technicien allemand a-t-il lui aussi été rattrapé par une forme d’appréhension en proposant un schéma dont l’objectif était notamment de mieux protéger ses couloirs et son axe défensif (https://www.lequipe.fr/Football/Article/Composition-du-psg-pourquoi-tuchel-a-change-son-systeme/1110955) ?
    Offensivement, Paris a éprouvé les pires difficultés à franchir le premier rideau d’un Borussia disposé également en 3-4-3 mais lui rompu à ce schéma depuis la fin novembre. Résultat ? Le premier tir cadré parisien n’est survenu qu’à la 65e minute. Qu’est-il arrivé pour que la force de frappe des champions de France (Neymar (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Psg-la-chronologie-du-feuilleton-neymar-blesse-aux-cotes-le-1er-fevrier-et-buteur-de-l-espoir-mardi-contre-dortmund/1111178), Mbappé, Di Maria), même avec Icardi sur le banc, soit ainsi muselée ?
    Animé par Marie-Amélie Motte, avec Hugo Delom, Arnaud Hermant et Dan Perez. Réalisé par Roland Richard.

    • 28 min
    Dortmund, vulnérable avant d’affronter le PSG

    Dortmund, vulnérable avant d’affronter le PSG

    Les buts de la recrue Erling Haaland n’ont pas pu totalement occulter les tourments du BVB. Adversaire de Paris en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions le 18 février, Dortmund souffre, notamment derrière.
    « Je ne parviens pas à m’expliquer notre fébrilité défensive », confessait Lucien Favre après la défaite à Leverkusen (3-4) (https://www.lequipe.fr/Football/Article/A-l-approche-du-match-contre-le-psg-le-borussia-dortmund-inquiete/1107864) le 8 février. Malgré un recrutement ciblé l’été dernier (Hummels, Schulz), Dortmund ne possède que la neuvième défense de Bundesliga avec 32 buts encaissés après 21 journées. Une statistique qui plombe les ambitions de titre du club de la Ruhr (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Big-five-le-podcast-foot-europeen-de-l-equipe-favre-dortmund-la-marque-jaune/1060770), crispe ses dirigeants et interroge. Pourquoi Dortmund ne parvient-il pas à sécuriser son but ?
    Malgré cela, le BVB possède une redoutable force de frappe. Première attaque de Bundesliga (59 réalisations), cinquième d’Europe (75), Dortmund peut compter sur Jadon Sancho (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Borussia-dortmund-vers-un-depart-de-jadon-sancho-cet-ete/1108841), Thorgan Hazard et sur sa recrue hivernale, le prodige norvégien Erling Haaland (8 buts, 1 passe en 271 minutes). Comment le PSG peut-il se préserver des contre-attaques éclair de son futur adversaire ?
    Animé par Marie-Amélie Motte, avec Emmanuel Bojan, David Fioux et Dan Perez. Réalisé par Roland Richard.

    • 24 min
    Un mercato d'hiver pas si frileux

    Un mercato d'hiver pas si frileux

    Le mercato hivernal qui s'est terminé il y a quelques jours a souri à quelques clubs, notamment à Lyon et Monaco en Ligue 1. Plusieurs grands clubs européens ont été malins pendant que Giroud et Cavani se résignaient à ne pas bouger.
    Même si le Championnat français est celui qui a le moins dépensé lors du mercato d'hiver, l'OL et Monaco ont été très actifs. Le club rhodanien s'est renforcé en attaque (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Transferts-karl-toko-ekambi-villarreal-s-engage-avec-l-ol/1100784) et au milieu du terrain (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Transferts-bruno-guimaraes-officiellement-a-l-ol/1104252) pour pallier les absences de Depay et Reine-Adelaïde. Sur le Rocher, l'ASM a encore une fois beaucoup dépensé (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Transferts-monaco-recrute-harisson-marcelin-auxerre/1104621) et continue d'empiler les contrats en professionnel (76 actuellement). Qui a le plus réussi son mercato ?
    Le mois de janvier aura fait deux attaquants malheureux : Olivier Giroud et Edinson Cavani (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Transferts-edinson-cavani-reste-au-psg/1104421). Les deux joueurs ont été bloqués respectivement par Chelsea et le PSG, qui a encore prouvé qu'il pouvait hausser le ton face aux demandes de ses joueurs. Pour le Français, la situation est pire : il n'est que troisième dans la hiérarchie des attaquants des Blues. Son Euro est-il en danger ?
    Un attaquant a trouvé son bonheur, lui : Erling Haaland a signé au Borussia Dortmund (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Transferts-la-pepite-erling-haaland-salzbourg-rejoint-dortmund-officiel/1094044) contre 20 millions d'euros. Un transfert déjà réussi (https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Futur-adversaire-du-psg-le-borussia-dortmund-cartonne-contre-l-union-berlin-5-0-avec-un-double-de-haaland/1105270) au vu des performances du Norvégien, et qui peut inquiéter le PSG dans l'optique des huitièmes de finales de la Ligue des champions. Outre-Manche, les Anglais se sont montrés plutôt actifs, surtout Manchester United qui s'est offert Bruno Fernandes. Quels clubs européens ont fait les meilleures affaires ?
    Animé par Marie-Amélie Motte, avec Hervé Penot, Vincent Duluc et François Verdenet.

    • 33 min

Avis d’utilisateurs

4.6 sur 5
54 notes

54 notes

Pthenot ,

Analyse de qualité

Arrété de dire ManU pour Manchester UNITED c'est un manque de resêpect pour le club c'est insportable ! Informez vous !

Benjamin010783 ,

Excellent!

Très complet, sympa à écouter.

david130404 ,

qualité d'analyses

je trouve ce podcast très bien fait avec des analyses plus poussées que d'habitude et des journalistes qui ont le temps de parler et d'approfondir leur point de vue ! C'est très intéressant également les thèmes qui sont bien trouvés.

Classement des podcasts dans Football

D’autres se sont aussi abonnés à