44 épisodes

Une fois par mois, une personne raconte dans une atmosphère intime et détendue comment elle vit sa double culture, comment dans tout ce bazar elle s'est construite pour devenir elle-même.
Les identités plurielles dans vos oreilles !

Joyeux Bazar Alexia Sena

    • Culture et société
    • 4,9 • 45 notes

Une fois par mois, une personne raconte dans une atmosphère intime et détendue comment elle vit sa double culture, comment dans tout ce bazar elle s'est construite pour devenir elle-même.
Les identités plurielles dans vos oreilles !

    BONUS - Best-of de la saison 3 !

    BONUS - Best-of de la saison 3 !

    Le thème de cette troisième saison était la rencontre.

    Rencontre avec soi, rencontre avec un autre pays qui nous ramène à nous-mêmes et à ce que nous sommes profondément. Rencontre entre deux parents, entre deux religions, entre deux fantasmes réciproques. Rencontre entre la grande et la petite histoire aussi...



    Marion, Myriam Levain, Fatemeh Jailani, Sofiane Boubahlouli, Tiphanie et Lila Carlier ont été nos invité-es pour cette troisième saison. Un immense merci à ces six personnes qui m'ont accordé leur confiance et permis à Joyeux Bazar de poursuivre sa mission : ouvrir la parole sur les questions de multiculture et de diversité culturelle.



    Merci aussi à vous auditrices et auditeurs, pour votre écoute assidue et enthousiaste !



    Retrouvez toutes ces histoires sur joyeuxbazarpodcast.com et sur toutes les applis de podcast ! 

    • 14 min
    #39 - Lila Carlier : « Toutes les choses interdites aux expatriés, je les ai faites... »

    #39 - Lila Carlier : « Toutes les choses interdites aux expatriés, je les ai faites... »

    Danseuse, chorégraphe et mille autres choses, Lila Carlier tranche dans le milieu artistique et culturel très bouillonnant de Douala. Elle y détonne autant par sa différence visible que par son aisance : Blanche parmi les Noir.es, artiste fauchée parmi les artistes fauché.es. 

    Etant de passage à Douala à l'été 2021, j'ai voulu savoir, de ses propres mots, comment elle vit réellement le Cameroun. Et j'ai appris que derrière la fille bravache qui n'a pas peur de prendre la moto-taxi la nuit, il y avait aussi une furieuse envie d'être acceptée et aimée. Jusqu'où est-on prêt.e à aller pour s'intégrer ? 



    Dans cet épisode nous avons parlé : 

    d'être perdu.e entre deux cultures et ne plus très bien savoir qui on est (0'51)
    de l'envie farouche de s'intégrer, de se fondre dans le moule, loin du cliché de l'expatrié.e surprotégé.e (4'30)
    de l'histoire coloniale qui teinte encore beaucoup les imaginaires collectifs et les relations entre Noir.es et Blanc.hes dans le pays (7'12)
    de la manière dont Lila tente désormais de revenir aux fondamentaux de qui elle est vraiment, notamment en s'éloignant du Cameroun pour mieux le retrouver (9'17)
    d'une certaine rage de vivre et d'une capacité à rêver et inventer sa propre voie, qu'elle a trouvées chez les Camerounais.es et qui l'a transformée positivement (11'16)
    de ce qui, au fil des aventures, a pu plier en elle mais ne rompt pas (15'20)
    de sa relation avec la France, pays qu'elle a fui et qu'elle est peut-être prête à retrouver maintenant(18'30) 
    Le témoignage de Lila porte un regard inversé par rapport aux récits habituels, et en cela finalement très universel, sur les questions d'intégration, de différence, de lien entre la petite et la grande histoire... 



    Les notes de l'épisode sont à retrouver sur notre site web  !

    • 21 min
    #38 - Tiphanie : « Etre ici chez moi, mais pas complètement chez moi, c’est une sensation que j’aime ! »

    #38 - Tiphanie : « Etre ici chez moi, mais pas complètement chez moi, c’est une sensation que j’aime ! »

    Depuis bientôt 8 ans, Tiphanie, française, vit à Montréal (où elle est Tiffany👩🏻‍🤝‍👩🏻). Pourquoi on quitte son pays ? Comment naît l’envie d’aller voir ailleurs ? Qu’est-ce qui nous pousse vers l’inconnu ? Comment apprivoise-t-on progressivement l’autre, comment va-t-on à sa rencontre ? A quel moment naviguer dans l’ambigüité devient plaisant, ou pesant ? L’humain est un être curieux, et c’est étrange qu’on lui reproche parfois de traverser des frontières qui pourtant sont arbitraires.



    Dans cet épisode nous avons parlé : 

    - Du premier voyage de Tiphanie, en Australie avec 12 kilos de bagages😮 et l’envie de partir « loin », un voyage qui a élargi son champ des possibles (1’00) 

    - De son envie viscérale de partir et de la difficulté à expliquer cette envie aux proches, qui sont aussi nos repères affectifs (5’28) 

    - De différence ! Des codes culturels différents, notamment autour de la langue et… des rencontres amoureuses 😅 (7’08) 

    - De son identité devenue double (et trouble ?), et du voyage comme moyen de rebattre les cartes du destin (14’38) 

    - Du compagnon de Tiphanie, québécois d’origine béninoise, un mix parfait de différence et de valeurs communes (« ce sont nos parties non québécoises qui se sont rencontrées », 17’15) 

    - De sa relation avec la France, un amour à distance (20’12) 



    Un épisode à retrouver sur toutes les plateformes de podcast et sur notre site web !  

    • 22 min
    #37 - Sofiane Boubahlouli : « En marchant je créais ma propre identité à l’instant t, mon propre destin »

    #37 - Sofiane Boubahlouli : « En marchant je créais ma propre identité à l’instant t, mon propre destin »

    Marcher pour aller à la rencontre de soi.

    En 2017, Sofiane Boubahlouli a parcouru plus de 5600 kilomètres à pied pour relier la Moselle, où il a grandi, à l'Algérie de son père.

    Nous avons parlé :

    - de ses fantasmes d'enfant sur l'Algérie, nourris par le silence paternel (1'55),

    - de la triple ambition du projet, entre appropriation du pays natal, retour sur les traces de son père et découverte des chemins de Compostelle (5'34)

    - de ce qu'on pense et ce qu'on ressent quand on marche vers soi, suivant son propre chemin tout en s'inscrivant dans les traces d'une histoire plus grande que soi (6'47)

    - de la manière dont marcher, être dans l'instant présent, lui a permet d'écrire son propre destin et donc sa propre identité (10'14)

    - des complications administratives qui ont surgi à la fin de son voyage et ont bouleversé l'objectif initial (11'42)

    Restés en France, les parents de Sofiane ont néanmoins également cheminé avec lui à travers l'art. Ils ont créé ensemble une exposition qui mêle peinture, musique et images de voyage.



    Et bien évidemment, je lui ai demandé qui il est devenu !

    • 18 min
    #36 - Fatemeh Jailani : "J'ai passé toute ma jeunesse à expliquer l'Afghanistan à mes amis"

    #36 - Fatemeh Jailani : "J'ai passé toute ma jeunesse à expliquer l'Afghanistan à mes amis"

    Alors que les Américains ont quitté Kaboul avec pertes et fracas cet été, c'est le moment d'entendre Fatemeh, américaine d’origine afghane. 



    Nous avons parlé bien sûr de la sidération au coeur de l'été et du sentiment, pour elle comme pour ses parents, de revivre des souvenirs enfouis : la famille qui appelle pour demander de l’aide, les cousin.e.s au destin stoppé net, le pays coupé du monde.



    Fatemeh raconte la fuite de ses parents aux Etats-Unis à la fin des années 70, le mythe du retour au pays, la pression pour être des Afghan.e.s parfaits dedans et des Américain.e.s parfaits dehors, l’incompréhension entre les générations. Elle dit comment on se perd à vouloir s’adapter à tous et à tout, mais aussi comment on se reconstruit. Comment on crée un endroit que l’on peut appeler chez soi, comment on découvre que sa voix compte, comment on jongle avec le fait de vivre ici alors qu’une part de soi se meurt ailleurs. 



    Fatemeh a rejoint la direction de Singa, une association qui crée du lien entre personnes réfugiées et populations locales. 

    • 20 min
    #35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien"

    #35 [LIVE] - Myriam Levain : "Les Juifs séfarades sont hyper dépressifs, mais ils le cachent bien"

    « La vérité si je mens », du couscous et de la bonne humeur à tous les étages, mais l’histoire séfarade est aussi faite d’exils – des aspects souvent tus ou enjolivés par les protagonistes. La Tunisie comptait près de 100 000 personnes juives à la fin des années 40, contre 1 500 aujourd’hui, les autres ayant émigré principalement en France et en Israël…  

    Mon invitée Myriam Levain, cofondatrice de Cheek Magazine, a créé le projet @StayTunes qui collecte des témoignages autour des Juifs tunisiens et Juives tunisiennes. 



    Avec Myriam, nous avons parlé : 

    - de cette nouvelle génération qui traverse la Méditerranée pour retrouver les traces de l’histoire familiale (3’47), 

    - des Séfarades qui taisent leur traumatisme du déracinement car mineur en comparaison avec la Shoah (12’09), 

    - de ce qu’est aujourd’hui l’identité juive tunisienne, et du cliché des Séfarades joyeux.ses face aux Ashkénazes angoissé.e.s (16’03), 

    - de ce que signifie être à la fois juif.ve et arabe, une réalité et des passerelles pas suffisamment représentées dans les médias (20’46), 

    - de la visibilité et la fierté croissantes de cette histoire juive et séfarade au sein de l’histoire de France (28’35) 



    Et pour finir, j’ai bien évidemment demandé à Myriam qui elle est devenue… Merci à elle pour sa confiance. 



    Cet épisode en live et en public a été enregistré au Ground Control à Paris dans le cadre de l’événement Nouvelles Voix organisé par Le Medialab 93 avec La Ruche Paris. Merci à toutes les équipes qui ont rendu cela possible, au public qui a répondu présent et à toutes les personnes qui nous écoutent et nous soutiennent ! 

    Toutes les notes de l’épisode sont disponibles sur le site web de Joyeux Bazar.

    • 43 min

Avis

4,9 sur 5
45 notes

45 notes

Aprilinmay ,

Un podcast passionnant à écouter et partager !

Un podcast passionnant, gai, sensible et profond, sur un sujet complexe et trop souvent abordé sous l’angle stigmatisant ou militant. Un podcast qui aborde la question universelle de l’identité, au delà de la double...

Mia Cham ,

Intéressant

Podcast riche, bien mené, avec des invités passionnants. Malheureusement le montage mériterait d’être revu, le jingle toutes les 4 minutes et l’impression que les invités sont coupés au milieu de leur propos deviennent vite très agaçant.

Josettebovette ,

Traiter de la Double identité culturelle en 20mn top!

Enfin un podcast sur la double identité culturelle avec une vraie journaliste qui sait parler! On apprécie la diversité des invités !

Classement des podcasts dans Culture et société

Brut.
Brut.
France Inter
Slate.fr
France Inter
France Inter

D’autres se sont aussi abonnés à…