42 épisodes

Trentenaire, blanc, hétéro, cisgenre, marié et père, Thomas Messias est ce genre de personnes qu'on entend déjà beaucoup trop dans les médias, y compris sur des sujets qu'elles ne maîtrisent pas toujours. Tous les quinze jours dans "Mansplaining", il questionne un sujet qu'il connait, la masculinité, pour rappeler qu'elle n'est pas unique… mais plurielle.

Mansplaining Slate.fr

    • Culture et société
    • 4.8, 803 notes

Trentenaire, blanc, hétéro, cisgenre, marié et père, Thomas Messias est ce genre de personnes qu'on entend déjà beaucoup trop dans les médias, y compris sur des sujets qu'elles ne maîtrisent pas toujours. Tous les quinze jours dans "Mansplaining", il questionne un sujet qu'il connait, la masculinité, pour rappeler qu'elle n'est pas unique… mais plurielle.

    Hors-sérié d’été: trois sorties ciné qui explorent d'autres masculinités

    Hors-sérié d’été: trois sorties ciné qui explorent d'autres masculinités

    Pour ce premier épisode hors-série, Thomas Messias vous conseille trois films sortis dans les salles début juillet. Des longs métrages qui se penchent sur des masculinités insuffisamment explorées au cinéma. De François Ozon à Jean-Pascal Zadi en passant par Marco Berger, profitez de Mansplaining pour reprendre goût aux salles obscures… si ce n'est pas déjà fait.
    Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.
    Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.
    Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Références:
    Été 85 (François Ozon, 2020)
    Le Colocataire (Marco Berger, 2020) 
    Tout simplement noir (Jean-Pascal Zadi & John Wax, 2020)
    Une nouvelle amie (François Ozon, 2014) 
    Call me by your name (Luca Guadagino, 2017)
    Les Chansons d’amour (Christophe Honoré, 2007)
    Plaire, aimer et courir vite (Christophe Honoré, 2018) 
    «Macron proclame l'égalité homme-femme, grande cause du quinquennat», Agnès Leclair, Le Figaro.fr, 24 novembre 2017
    Musique: «Warm Sea», Savvier

    • 11 min
    Petit pénis, le gros complexe des hommes cis

    Petit pénis, le gros complexe des hommes cis

    Rocco Siffredi et Dirk Diggler étant souvent érigés en héros, les personnes moins bien membrées ont parfois tendance à complexer, à se penser inaptes pour l'amour et le sexe, à être l'objet de moqueries diverses et variées. Pour clore cette deuxième saison de Mansplaining, partons au pays des petits pénis pour observer quelle peut être l'influence de mensurations modestes sur les existences des personnes concernées.
    Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.
    Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.
    Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Références:
    Unhung Hero (Brian Spitz, 2013), disponible en DVD Zone 1
    Very bad trip (Todd Phillips, 2009)
    Maïa Mazaurette, «Pour atteindre l'orgasme féminin, arrêtez la pénétration», Le Monde.fr
    Maïa Mazaurette, «Faire jouir une femme: une science… presque exacte», Le Monde.fr
    Litenpenis (Stian Hafstad, 2010)
    Martin Page, Au-delà de la pénétration, Le Nouvel Attila, 2019
    Endiablé (Harold Ramis, 2000) en DVD Zone 1
    10 bonnes raisons de te larguer (Gil Junger, 1999)
    Bowfinger, roi d'Hollywood (Frank Oz, 1999), disponible en DVD Zone 2Le Austin Powers (Jay Roach, 1997) 
    The Adam Carolla Show, ép. 93, Ken Jeong
    Linh Pham, Pénis : allez, on agrandit!, Le Journal de mon corps
    Frédérique Deschamps, Pour quelques centimètres de plus, Liberation.fr
    La blague du jour de Jean-Marie Bigard, Les Grosses Têtes, 25 janvier 2017
    Musique: «Warm Sea», Savvier

    • 15 min
    Bedos, Dabadie… les hommes des années 1970 iront-ils «tous au paradis»?

    Bedos, Dabadie… les hommes des années 1970 iront-ils «tous au paradis»?

    En quelques jours, on a appris les disparitions de Jean-Loup Dabadie et Guy Bedos. Auteur polyvalent, le premier avait notamment écrit les scénarios de Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis, comédies célébrant l'amitié masculine dans lesquelles jouaient le second. L'occasion de leur rendre hommage en se penchant sur la façon dont les hommes étaient dépeints ces succès des années 1970.
    Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.
    Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.
    Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Références:
    Un éléphant, ça trompe énormément (Yves Robert, 1976)
    Nous irons tous au paradis (Yves Robert, 1977)
    Courage, fuyons (Yves Robert, 1979)
    Le Mari de la coiffeuse (Patrice Leconte, 1990)
    «Les femmes de plus en plus infidèles, mais toujours moins que les hommes», Le Monde
    «Lumière 2016: "Un éléphant ça trompe énormément", 40 ans d'une comédie culte», France TV Info
    «Quand Jean-Loup Dabadie nous racontait "Un éléphant ça trompe énormément"», TéléObs
    Musique: «Warm Sea», Savvier

    • 21 min
    «Papa», laisse pleurer ton fils

    «Papa», laisse pleurer ton fils

    Il y a tout juste 15 ans sortait Papa, road movie dans lequel un père (Alain Chabat) et son fils (Martin Combes) traversaient la France dans une Volvo vieillissante. Aujourd'hui encore, le deuxième film de Maurice Barthélémy reste l'une des observations les plus fines et les plus bouleversantes du rapport père-fils qu'il ait été donné de voir. Et bon anniversaire.
    Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.
    Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.
    Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Références:
    Papa (Maurice Barthélémy, 2005)
    Niagara, «Soleil d’hiver»
    Bonhomme, Laurent Sciamma 

    • 14 min
    «Manic Pixie Dream Girls», femmes extra pour hommes ordinaires

    «Manic Pixie Dream Girls», femmes extra pour hommes ordinaires

    On les croise dans les comédies indépendantes américaines, mais pas seulement: les Manic Pixie Dream Girls, ce sont ces jeunes femmes qui plaisent aux hommes parce qu'elles semblent sortir de l'ordinaire. Ils s'en servent pour redorer leur égo et se sentir plus conquérants. Un stéréotype qui rencontre plus d'une résonance dans la vie réelle…
    Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.
    Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.
    Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Références:
    Fast (Dante Desarthe, 1995)
    Le cinquième élément (Luc Besson, 1997)
    Presque célèbre (Cameron Crowe, 1999)
    Garden State (Zach Braff, 2004)
    Rencontres à Elizabethtown (Cameron Crowe, 2005)
    Première apparition du terme «Manic Pixie Dream Girl»
    (500) jours ensemble (Marc Webb, 2009)Perdrix (Erwan Le Duc, 2019)
    Musique: «Warm Sea», Savvier

    • 15 min
    L'homme invisible, un prédateur comme les autres

    L'homme invisible, un prédateur comme les autres

    Frappés par une malédiction ou désireux de tester leurs propres créations scientifiques, les hommes invisibles se transforment parfois en prédateurs de la pire espèce. L'invisibilité, c'est une façon moderne et futée de parler des différentes façons d'envisager sa masculinité et la façon dont on peut choisir d'accepter ou de rejeter la domination masculine…
    Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.
    Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.
    Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Références:
    Les Aventures d'un homme invisible (John Carpenter, 1992)
    Mes doubles, ma femme et moi (Harold Ramis, 1996)
    Hollow Man, l'homme sans ombre (Paul Verhoeven, 2000)
    Invisible Man (Leigh Whannell, 2019)
    Paul Verhoeven, Total spectacle (sous la direction d'Axel Cadieux, Playlist Society, 2016)
    En finir avec la culture du viol (Noémie Renard, Les Petits Matins, 2018)
    L'Angle mort (Patrick Mario Bernard & Pierre Trividic, 2019)
    Musique: «Warm Sea», Savvier

    • 16 min

Avis d’utilisateurs

4.8 sur 5
803 notes

803 notes

Miss Staire ,

Mes gâteaux préférés

Alors je suis pas d’accord les Sprits c’est de la bombe !! C’est tout mes goûters d’enfance avec un petit verre de « bébé rose » (lait+sirop) ! 😂

carolinedh ,

Culture et féminisme

Les films sont un très bon vecteur pour parler de féminisme. Merci !

Clmnc ,

Très intéressant

Le podcast aborde la pop culture (films, séries, émissions tv, divertissements) du point du vue de la masculinité et des rapports homme/femme. Intéressant pour changer de point de vue sur des films connus ou sur des sujets du quotidien.
Les masculinistes détesteront.
Mais la plupart des hommes hétéros, même si ça risque de leur être désagréable au début tant les poussera sans doute à la remise en question, gagneront à écouter ces épisodes : vos compagnes vous remercieront.

Classement des podcasts dans Culture et société

D’autres se sont aussi abonnés à

Plus par Slate.fr