7 episodes

🔥Le podcast Créatrices, produit par le magazine féministe belge axelle (http://www.axellemag.be/), est un voyage sensible et passionné dans l’univers de femmes artistes contemporaines. Car les femmes qui créent sont dans la place : elles écrivent, elles peignent, elles composent, elles tournent... Alors écoutons leur histoire. Partageons leurs émotions. Et émerveillons-nous de leur talent. 
🎧Créatrices est un podcast produit par axelle magazine et réalisé par Corinne Ricuort. 🎵La musique du générique a été composée par Marielle Vancamp. 🖍️L’illustration de la série est signée Candela Sierra. 
 👉 Retrouvez tous nos podcasts et nos articles ici : www.axellemag.be (http://www.axellemag.be/) !
 👉 Suivez-nous sur Facebook (https://www.facebook.com/axellemagazine) ou Instagram (https://www.instagram.com/axellemagazine/) ! 

Créatrices Créatrices

    • Arts

🔥Le podcast Créatrices, produit par le magazine féministe belge axelle (http://www.axellemag.be/), est un voyage sensible et passionné dans l’univers de femmes artistes contemporaines. Car les femmes qui créent sont dans la place : elles écrivent, elles peignent, elles composent, elles tournent... Alors écoutons leur histoire. Partageons leurs émotions. Et émerveillons-nous de leur talent. 
🎧Créatrices est un podcast produit par axelle magazine et réalisé par Corinne Ricuort. 🎵La musique du générique a été composée par Marielle Vancamp. 🖍️L’illustration de la série est signée Candela Sierra. 
 👉 Retrouvez tous nos podcasts et nos articles ici : www.axellemag.be (http://www.axellemag.be/) !
 👉 Suivez-nous sur Facebook (https://www.facebook.com/axellemagazine) ou Instagram (https://www.instagram.com/axellemagazine/) ! 

    Marie Darah, ciel qui brûle les lignes

    Marie Darah, ciel qui brûle les lignes

     "J'ai dû faire la paix avec le fait que j'aime très très fort la vie, alors que j'ai toujours cru que je l’aimais pas." Notre série accueille pour son 7e épisode l’artiste, auteurice, slameureuse, vegan, genderfluid et multi-talents Marie Darah, né·e à Charleroi en 1989. Champion·ne belge européen·ne de slam en décembre 2021, iel représentera notre pays aux championnats du monde en septembre 2022. Auteurice de Depuis que tu n’as pas tiré (maelstrÖm 2020) et de Sous le noir du tamarc, à sortir ce printemps chez maelstrÖm, iel propose aussi des ateliers d’expression artistique dans les secteurs du social et de l’éducation.  

    Iel écrit depuis l’enfance, un monde imaginaire qui l’a aidé·e à survivre. Violences. Addictions. Fulgurances. Échappées. Et un braquage dans un restaurant des Marolles (Bruxelles) où iel travaille, qui change le cours de son existence. "C'est comme s'il y avait un truc qui s'était clipsé, qui avait matché avec mon écriture. En fait, j'ai compris pendant le braquage que si je ne faisais rien, ça voulait dire que j'étais d'accord avec tout ce qui se passait. Et là, un truc dans mon écriture a changé : il y avait un but." 



    Réalisation, prises de son interview, montage, mixage : Corinne Ricuort. Générique : Marielle Vancamp.  

    Extraits par ordre d’apparition : "Bravo", texte de Marie Darah, championnat européen de slam, décembre 2021. "Slam Poetry Movement”, Marc Smith , TEDxLuc.  Musique : MrKey, "L'autre toi".  



     🎧 Retrouvez tous les épisodes sur : 

    👉 www.axellemag.be/serie/creatrices 

    🔥 Soutenez notre média d'information générale féministe  

    👉 www.axellemag.be 

    💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux  

    👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine 

    👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine  

    • 27 min
    Fatou Traoré danse pour ne pas être un caillou

    Fatou Traoré danse pour ne pas être un caillou

     "Trouver sa place en tant que femme, sortir de la relation-proie, cela n'est pas évident." Notre série accueille pour son 6e épisode la danseuse, chorégraphe, metteuse en scène, chanteuse, musicienne et autrice Fatou Traoré. 

    Sa peur, enfant, était de devenir un caillou, comme les adultes, hermétiques à la violence du monde. Aujourd’hui, elle a 55 ans et elle a tracé un sacré chemin. Elle a dansé pour Anne Teresa De Keersmaeker, qui l’a choisie alors qu’elle n’avait fait ni école de danse, ni conservatoire.  Et très vite, elle a ressenti le besoin d'être chorégraphe, de développer ses propres projets. Ce qui fait qu'elle se sent vivante aujourd'hui, ce n'est pas grâce aux institutions, mais à la rencontre avec d'autres artistes. "Ce que je suis vient de cette collision-là." Sa compagnie de danse 1x2x3 est devenue une corporation d'artistes ; elle chante dans le chœur de femmes Patshiva ; elle est mère et grand-mère. Elle a n’a rien à prouver à personne. Pourtant cette hantise, être un caillou, l'habite encore. Mais elle laisse ses émotions la guider, impulser son travail, sa danse, son chant, jusque dans les cordes pincées du n’goni. Un art de la joie. 

      

    Réalisation, prises de son interview, montage, mixage : Corinne Ricuort. Générique : Marielle Vancamp. Extraits musicaux par ordre d’apparition : "Aka truth d’Aka Moon", Fabrizio Cassol au saxophone, Michel Hatzigiorgiou à la guitare basse, Stéphane Galland à la batterie. "Au pied du mur du temps", Cie Gnagamix, création musicale Axel Gillain. "Blue Album", du groupe OceanOcturn, composition Kris Defoort. Cie Patshiva, "Je rêve l’alternative", composition musicale de Dorian Baste, texte de Roxanne Lefevre. "Là où règne le chaos des anges" de Dounia Depoorter et Fatou Traoré. "FALANA, là où tout commence" : N’Goni, Chant : Fatou Traoré, guitare : Dorian Baste, contrebasse :
    Vincent Noiret. "On the wave", composition Fatou Traoré. "Ah Djelliya", Chant traditionnel malien. "Joyà", composition Fatou Traoré. "Djorolenà", de Oumou Sangare, interprété par Fatou Traoré.  



     🎧 Retrouvez tous les épisodes sur : 

    👉 www.axellemag.be/serie/creatrices 

    🔥 Soutenez notre média d'information générale féministe  

    👉 www.axellemag.be 

    💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux  

    👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine

    👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine  

    • 30 min
    Bwanga Pilipili, la bénédiction des planches

    Bwanga Pilipili, la bénédiction des planches

    Bwanga Pilipili, la bénédiction des planches 

      

    Notre série accueille, avec son 5e épisode, la comédienne, metteuse en scène et autrice Bwanga Pilipili. Solide, forte, entière et indocile ; soucieuse de ce que cela implique de porter les voix qu’elle choisit d’incarner ou d’écrire. Vigilante sur ce qui se cache derrière
    les mots ou les gestes sur un plateau. 

    Elle mesure très jeune l’écart entre des mondes qui se côtoient peu, vit les discriminations, intériorise les interdits. "Pas de personnes qui me ressemblent à la télé ou sur scène ; à l’école, pas d’autrices comme Mariama Bâ ou d’autres ; pas de grands personnages féminins qui ressemblent à mes tantes, à ma maman, mes mères." 

    Ses années d’études en arts du spectacle, après une première vie professionnelle et au moment où sa petite, âgée d’un an, fait ses premières dents, prennent donc un air de déjà-vu, déjà-entendu. Être noire sur un plateau, c’est, selon elle, le fruit d’un héritage. 

    Consciente de ce système, Bwanga Pilipili se fait elle-même créatrice, se délestant ainsi d’une série de poids. Sur les planches ou sur l’écran, elle défriche ses rêves. "Bwanga", pour "bénédiction" en mashi, une langue bantoue parlée au Sud-Kivu, à l’est du Congo.  



    Réalisation, prises de son interview, montage, mixage : Corinne Ricuort. Générique :
    Marielle Vancamp.  Extrait musical : Ka Sebajura, berceuse rwandaise, répertoire traditionnel. Et quelques notes de lamellophone, le Mbira. Extraits répétitions : atelier Construire un spectacle – Collectif La Brèche / Cours d'art dramatique des Ateliers de l'Ouest. Visuel : Candela Sierra.  



     🎧 Retrouvez tous les épisodes sur : 

    👉 www.axellemag.be/serie/creatrices 

    🔥 Soutenez notre média d'information générale féministe :

    👉 www.axellemag.be 

    💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux 

    👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine

    👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine  

    • 28 min
    Laetitia Bica, contrebandière de l'image

    Laetitia Bica, contrebandière de l'image

    Laetitia Bica, contrebandière de l’image 

      

    Notre série accueille, avec son 4e épisode, Laetitia Bica, dans une rencontre intime et privilégiée. Pour cette photographe belge talentueuse, l’image est une écriture qu’elle travaille dans une démarche artistique, mais aussi sociale, politique... et toujours subversive. Un objectif comme pied-de-biche pour entrer par effraction dans des mondes
    hermétiques.  

    De ses origines siciliennes et son premier appareil photo reçu à six ans dans la maison familiale de Seraing jusqu’à l’impressionnante palette d’outils et la diversité de réalisations qu’elle a à son actif, Laetitia Bica est une exploratrice exigeante, curieuse, qui repousse allègrement les limites et nous fait "réfléchir", penser/panser, autant qu’elle renvoie à notre
    intelligence des images de nous-mêmes, vivant·es, humain·es, matières organiques et plastiques, figures volcaniques – à commencer par les femmes de sa famille ou celles que nous donne à voir son art. 

    Dans l’objectif de Laetitia, on ne trouvera jamais de réponse ; mais mille nouvelles questions, ébranlant nos certitudes contemporaines, faisant s’entrechoquer des univers jusqu’alors parallèles ; tissant ainsi des liens.  

    Retrouvez ses réalisations pour axelle : la série de portraits "Une femme, une voix" (janvier-février 2009) et le projet choral "Le Front du vivant" (janvier-février 2021) à retrouver également en podcast ici.  

      

    Réalisation, prises de son interview, montage, mixage  : Corinne Ricuort. 

    Générique : Marielle Vancamp. 

    Extraits musicaux : "Ti nni vai", interprétée par Rosaire Di Stefano ; "La tarentella" ; la "Valse sicilienne" interprétée par Sergio & Sarto.  

    Visuel : Candela Sierra. 



     🎧 Retrouvez tous les épisodes sur : 

    👉 www.axellemag.be/serie/creatrices 

    🔥 Soutenez notre média d'information générale féministe !

    👉 www.axellemag.be 

    💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

    👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine/ 

    👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine  

    • 23 min
    Delphine Lehericey, des films en habits de joie

    Delphine Lehericey, des films en habits de joie

    Delphine Lehericey, des films en habits de joie  

      

    "L'univers du cinéma est tellement brutal que l'on ne va pas nous-mêmes faire des films qui nous brutalisent. [...] Je ne sais pas pourquoi je fais des films, sinon que c'est une nécessité. Je ne sais pas pourquoi je suis homosexuelle, ni pourquoi je suis devenue mère. Par contre, je sais que mon identité et ses multiples facettes fabriquent qui je suis, de façon complexe, et je remercie ce métier de me donner la possibilité de réfléchir à ce que c'est d'être une mère, inconditionnellement aimée par son enfant, ce que c'est d'être une femme en régime patriarcal… Ces questions fabriquent mon regard de cinéma."   (Delphine Lehericey, axelle n°230).  

      

    Après #MeToo, alors que le "female gaze" commence à être reconnu pour sa richesse, axelle mag a voulu laisser la parole à la réalisatrice franco-suisse installée à Bruxelles, Delphine Lehericey. Nous l’avons déjà croisée dans nos pages au fil des sorties de ses films (Puppylove en 2013, dans axelle n° 169 ; Le Milieu de l’horizon en 2019, dans axelle
    n° 230 ; ce dernier film sortira enfin en salle au mois de septembre 2021).  

      

    Dans cet épisode de "Créatrices", Delphine Lehericey questionne la "réussite", met au jour les processus de fabrication des films, pose un regard féministe sur sa trajectoire personnelle et sur le monde du cinéma francophone d’aujourd’hui.  



    Prises de son interview : Corinne Ricuort et Sabine Panet. Générique : Marielle Vancamp. Extraits musicaux : Sold Out, It's a Sin et Early Ghost, usage gracieux autorisé, remerciements à Charlotte et David.  Extrait de Cérémonie des Golden Awards 2018, discours d’Oprah Winfrey. Extraits des bandes-annonces des films de Delphine Lehericey, Puppylove (2013) et Le Milieu de l'horizon (2019).  Extrait de l’avant-première du film "Le Milieu de l'horizon" au cinéma Capitole (Suisse) le 30 septembre 2019.  Visuel : Candela Sierra.  



     🎧 Retrouvez tous les épisodes sur : 

    👉 www.axellemag.be/serie/creatrices 

    🔥 Soutenez notre média d'information
    générale féministe  

    👉 www.axellemag.be 



    💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

    👉 Instagram :
    www.instagram.com/axellemagazine/ 

    👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine  

    • 26 min
    Rokia Bamba, ondes et flow

    Rokia Bamba, ondes et flow

    Rokia Bamba, ondes et flow

    « Dans ce milieu de mecs, on n’ira jamais demander à un mec qui garde ses gosses. Moi, on me l’a demandé. Mais je t’en pose, moi, des questions ? » 

    Dans un entretien intime, joyeux et plein d’émotions, entrecoupé de musique et de répétitions d’un spectacle, la DJ et artiviste Rokia Bamba se raconte. 

    Enfance, entre Jacques Martin, Alpha Blondie et Fela Kuti. La radio. La Côte d’Ivoire. Les enfants. Le burnout. La maladie. Les violences. Le racisme. Le sexisme. Les normes. Être à part. Hors normes. Prendre sur soi. Et puis dire non. Le pardon. Se libérer. La musique comme soin. Les signes. La joie retrouvée. La puissance et la force. Prendre sa place. Se balader avec son chien. Avoir un succès phénoménal. Et aimer ça. 

    Rencontre avec une femme hors du commun à l’énergie contagieuse. 

    Bio express

    Rokia Bamba découvre l’univers de la radio à l’âge de 12 ans. Un univers qu’elle ne cessera d’explorer, notamment en travaillant pour Radio Campus, la station radio de l’Université libre de Bruxelles fondée en 1980. Dès 1989, elle y présente “Sous l’Arbre à Palabres”, émission de la diaspora africaine de Bruxelles, et y développe, en 1992, l’une des premières émissions hip-hop, soul, R&B et funk. À 40 ans, Rokia Bamba, qui avait l’habitude de mixer des sons pour la radio, se lance comme DJ, mais pas sur n’importe quelle scène. Elle se produit dans des lieux militants, pour des événements engagés (festival Massimadi, Pink Screen, Afropunk…). Son style singulier mêle hip-hop groovy, rythmes africains, house et techno. En 2022, elle sera la commissaire de la première édition du festival New Afro-Ke-Pon’ en Belgique. En plus d’être DJ, Rokia Bamba est aussi une exploratrice sonore qui met son talent au service du théâtre et des arts plastiques. 

    Relire ici son interview pour axelle dans notre rubrique « sur le bout des doigts »

    Prises de son interview : Corinne Ricuort et Sabine Panet.

    Prises de son au théâtre National lors des répétitions de "Buddy Body" d’Elsa Poisot : Laure Lapel.

    Générique : Marielle Vancamp.

    Composition sonore : Rokia Bamba - « My Fruit Strange – No Resistance Without Music », montage sonore réalisé pour le Rautenstrauch Joest Museum de Cologne. 

    Extrait musical : Orchestre Conseil de l'Entente.

    Visuel : Candela Sierra.



    🎧 Retrouvez tous les épisodes de notre série Créatrices sur :

    👉 www.axellemag.be/serie/creatrices

    🔥 Soutenez notre média d'information générale féministe 

    👉 www.axellemag.be

    💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux 

    👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine/

    👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine

    • 30 min

Top Podcasts In Arts

NPR
The Moth
Roman Mars
SEBASTIAN
Snap Judgment and PRX
Jason Weiser, Carissa Weiser