8 episodes

Dans la série La bombe – Au pays de la droite nationaliste, le réalisateur Gabriel Allard, fait un face à face avec une réalité émergente ; la popularité grandissante des groupes d’extrême droite au Québec. Sa quête l’amène à se questionner sur le sens du nationalisme, les enjeux d’immigration et le projet de société des québécois. Ses interrogations personnelles situent socialement les enjeux plus percutants de l’avancement de la droite radicale.

La bomb‪e‬ Télé-Québec

    • Society & Culture
    • 4.9 • 178 Ratings

Dans la série La bombe – Au pays de la droite nationaliste, le réalisateur Gabriel Allard, fait un face à face avec une réalité émergente ; la popularité grandissante des groupes d’extrême droite au Québec. Sa quête l’amène à se questionner sur le sens du nationalisme, les enjeux d’immigration et le projet de société des québécois. Ses interrogations personnelles situent socialement les enjeux plus percutants de l’avancement de la droite radicale.

    Le contexte

    Le contexte

    Automne 2017. Alors que l’équipe de production du projet T’es où Youssef? Terminent le récit cinématographique de la radicalisation du jeune Youssef, ceux-ci font la rencontre un autre radical. Ex-radical plutôt: Maxime Fiset, un ancien skinhead néonazi repenti. Celui-ci leur transmet une information. Il existe au Québec une extrême droite idéologique de plus en plus décomplexée. L’actualité des mois suivants allait lui donner raison et forcer les coréalisateurs Gabriel Allard Gagnon et Cédric Chabuel ainsi que le producteur au contenu Mathieu Paiement à se rendre à l’évidence: ils devaient maintenant s’immerger dans ce qu’on appelle la droite identitaire québécoise pour la comprendre et saisir sa portée.

    • 21 min
    La frontière

    La frontière

    Une chose enflamme les groupes identitaires québécois qu’on dit d’extrême droite, c’est l’entrée au pays de milliers d’immigrants irréguliers au bout du Chemin Roxham, près de la frontière de Lacolle. Et le groupe Storm Alliance, mené à l’époque par Dave Treg, s’est montré particulièrement loquace sur le sujet. Gabriel se rend sur place avec Cédric. Ce faisant, il se demande pourquoi, en 2018, aller protester à la frontière contre l’arrivée de demandeurs d’asile semble être la nouvelle façon d’être nationaliste au Québec.

    • 20 min
    3. Dans l'arène

    3. Dans l'arène

    Quelques semaines après leur première visite à Lacolle, Gabriel et Cédric retournent sur les lieux pour assister à la manifestation dite contre Justin Trudeau et les politiques libérales, organisée par Storm Alliance. Tout le monde a fait la grimace lorsque le lieu de l’évènement a été confirmé: juste devant le camp de réfugiés.
    Deux camps s’affrontent: les stormers de Dave Treg et les antifas de Jaggi Sing.

    • 16 min
    4. Salut Stormers!

    4. Salut Stormers!

    Pour mieux comprendre les objectifs du groupe de citoyens Storm Alliance - qualifié d’extrême droite par plusieurs - Gabriel se rend au bar le 447 à Limoilou rencontrer Dave Treg, leader de la formation. Le réalisateur cherche à connaître les motivations derrière l’engagement politique de l’homme de 48 ans. Celui-ci est particulièrement intrigant, car quelques mois plus tôt, on le retrouvait à la tête du chapitre canadien d’une formation finlandaise ayant des liens avec le mouvement néonazi.

    • 25 min
    Les loups

    Les loups

    Un des groupes identitaires ayant le plus défrayé la manchette dans les derniers mois est sans contre dit La Meute. Après quelques tentatives d’entrer en contact avec ses dirigeants infructueuses, le réalisateur Gabriel Allard se rend chez Patrick Beaudry. Celui-ci est un des trois fondateurs de l’organisation, mais vient tout juste de se faire évincé du groupe. Les deux hommes boivent de la bière, jasent d’outils et reviennent sur le passé de militaire de Beaudry qui explique en partie ses raisons d’avoir voulu créer un groupe anti-islam radical.

    • 30 min
    La droite alternative

    La droite alternative

    Storm Alliance. La Meute. Plusieurs diront de ces gens-là qu’ils sont inoffensifs. Or dans les manifs organisées par ces mêmes groupes citoyens pacifiques, l’équipe de La bombe a rencontré des spécimens moins rassurants que Dave Treg ou Patrick Beaudry. Des membres de l’alt-right, même s’il ne s’agit pas d’une organisation à proprement parler. Cette droite alternative est plutôt une nébuleuse de jeunes qui se servent des médias sociaux pour promouvoir de manière ironique leurs idées souvent racistes, parfois violentes. Le réalisateur Gabriel Allard est même devenu ami avec l’un d’eux.

    • 24 min

Customer Reviews

4.9 out of 5
178 Ratings

178 Ratings

Nicolas, from Qc ,

Wow!

Ça prend une version 2021 qui montre l’influence du Trumpisme au Québec suite à sa sortie du Bureau Oval! Très intéressant!!

dallardmartin ,

À écouter

Vraiment captivant et intéressant. Nous avons écouté tous les épisodes d’un trait. La réalité décrite par le réalisateur est troublante puisqu’elle se déroule en ce moment, au Québec. Ce balado porte à réfléchir.

JeanMeslier ,

La vision de l’extrêmevgauche

Une vision d’une extrême droite qui n’existe pas sous le prisme déformant de l’extrême gauche islamophile. Ici, on ne se rend pas compte qu’on encourage les tensions en voulant toujours traiter les extrémistes religieux de victimes de la laïcité parce qu’on refuse de conserver les privilèges. Si l’extrême droite existe au Québec c’est d’abord l’islamofascisme. Réalité que beaucoup refusent d’admettre parce que incapable d’accepter la juste critique des religions. La religion est en soit violente et une forme d’abus qui n’a pas sa place. Il suffit au fascisme de porter un chapeau pour qu’il soit accepté .

Top Podcasts In Society & Culture

Listeners Also Subscribed To