16 épisodes

Un podcast et cinq voix qui se succèdent pour vous parler de cinéma, musique, littérature, podcast, spectacle. Des chroniques ciselées pour chaque univers. Bienvenue dans Puzzle

Puzzle Bababam

    • Actualité du divertissement

Un podcast et cinq voix qui se succèdent pour vous parler de cinéma, musique, littérature, podcast, spectacle. Des chroniques ciselées pour chaque univers. Bienvenue dans Puzzle

    Scandale, le film d'une Amérique post-MeToo qui exorcise ses fantômes

    Scandale, le film d'une Amérique post-MeToo qui exorcise ses fantômes

    Scandale est un film de Jay Roach, le réalisateur des "Austin Powers" et des "Mon beau père et moi". Après sa biographie de Trumbo, le voilà avec un nouveau film là encore « inspiré de faits réels » mais cette fois-ci complètement dans l’actualité, puisqu’il raconte l’histoire de Gretchen Carlson, présentatrice phare de la chaîne conservatrice américaine Fox News, qui après dix ans de bons et loyaux services mais tout autant malheureusement d’ harcèlement sexuel, porte plainte contre son boss. Durant les élections présidentielles qui mèneront Trump au pouvoir et ce, en grande partie grâce à fox news, et un an avant le hashtag Metoo, Gretchen ose témoigner contre l’un des hommes les plus puissants du pays. Un témoignage qui va entraîner des dizaines d’autres mais qui va également provoquer des regards en biais et des remises en doute; et ce malgré la pression qu’on imagine pour la pousser à ne rien révéler.
    Après avoir licencié le boss, Fox News achète le silence de la présentatrice pour vingt millions de dollars d’indemnité. Car la loi américaine est ainsi faîtes et permet d’invisibiliser relax les victimes, au grand soulagement des agresseurs qui évitent ainsi de passer par la case tribunal.
    L’affaire racontée ici nous permet d’ailleurs de facilement faire le pont et d’imaginer comment ça se passait du côté d’Hollywood, du côté de Weinstein et c’est plutôt glaçant. Bref, avec Scandale on est en plein dans un sujet qui secoue notre société actuelle.
    Avec Scandale, on est jamais vraiment loin du documentaire, le rythme effréné du montage et des informations nous plonge en plein cœur d’une rédaction de cette ampleur en pleine tourmente, mais malgré ce coté exhaustif, le tout reste très clair et didactique. Presque un peu trop. 
    Mais Il est sans doute conscient de s’adresser à un public très large et c’est quand même le premier film qui se frotte aussi directement au sujet, donc c’est pas si dérangeant. Il ouvre ainsi la voix pour les suivants. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

    • 6 min
    Un crush pour Le loup en slip

    Un crush pour Le loup en slip

    Karen nous parle de la bande dessinée "Le loup en slip", le spin off des "Vieux fourneaux". 


    Dans la série, la jeune Sophie relance le fameux théâtre du Loup en slip créé par sa grand-mère. Habile procédé de narration, puisqu’il permet de raconter des petites histoires dans la grande, celle des trois vieux héros. Le Loup en slip, c’est un nom original, ça s’invente pas. Et justement, avant d’être un personnage de livre, il est né dans la vraie vie. Mayana Itoïz, la dessinatrice du Loup en slip, a été inspiré par son fils. Comme beaucoup d’enfant, il avait peur des loups. La solution : un slip ! Parce qu’à moins d’être un véritable monstre, personne ne peut faire peur en slip ! Le théâtre du même nom dans les Vieux Fourneaux, c’est donc un clin d’œil du scénariste Wilfrid Lupano à Mayana Itoïz, parce que dans la vie, en fait, ils vivent ensemble.


    Il y a plusieurs niveaux de lectures, à la manière d’un bon Pixar. Avec des mots d’adultes, le Loup en slip fait du bénévolat parce qu’il a choisi d’aider les autres plutôt que de se tuer à travailler, mais il est vu comme un profiteur justement parce qu’il n’a pas un vrai travail. Le problème de l’entraide, c’est que ça nuit au capitalisme ! Capitalisme qui est d’ailleurs représenté dans l’histoire par un insupportable écureuil stockeur de noisettes. Ce qui est très malin, c’est que non seulement, ça permet d’aborder et d’expliquer aux plus jeunes ces sujets très rarement abordés, mais qu’en plus, en tant qu’adulte, ça fait aussi réfléchir. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

    • 4 min
    Les meilleurs podcasts documentaires

    Les meilleurs podcasts documentaires

    Le doc c'est vraiment le format qui sort du train-train, du petit confort citadin.


    Certains font voyager alors que d’autres questionnent nos quotidiens. L’histoire prend son temps pour se raconter et dans cette vie qui va vite, ça fait du bien.


    Dans le domaine des docs, il y a plusieurs styles. Les unitaires, qui offrent un shoot d’ailleurs en 20 min, où l’auditeur est en immersion totale et solitaire dans le son. Et bien sur, il y a ces longs formats, des séries qui plongent dans les profondeurs d’une enquête menée par le journaliste slash narrateur. Ce sont ces documentaires d’investigation que j’aborde aujourd'hui dans ma troisième revue du podcast. 
    Wondery c'est un monstre américain du podcast made in LA. En place depuis 2016, ils raflent tout sur leur passage. Et ils sont réputés pour leur podcast immersif. Entre autres Dr. Death, une tuerie. Sorti en 2018, le podcast de 10 épisodes a été téléchargé plus de 50 millions de fois. D'où l’envie du studio d'en faire des versions en d'autres langues. Débarque alors Docteur la Mort, diffusé en France par le groupe Prisma Presse. 


    L’histoire de docteur la mort, est basée sur des faits réels. Dr. Christopher Duntsch, petite star montante de la communauté médicale de Dallas, se révèle être un fake doc’, que rien n'arrête, pas même la mort ses patients sur la table. Drogué, mégalo, mitho jusqu’à l’os, sa folie a brisé des vies. D’ailleurs les témoignages que l’on entend au long de les séries, sont vrais, et ça fait froid dans le dos. 


    Ce qui est bien c'est qu’on retrouve en audio tous les codes du reportage à l'américaine. Rythme, insert d’extrait, témoignage et cette voix de la narration qui nous tient tout le long. Ce podcast c est un peu de la télé à écouter. 


    Héroïne de la rue est une série documentaire de Marguerite Stern qu’elle produit et réalise seule. Ancienne Femen, elle nous raconte dans un premier épisodes ses trois ans a vivre au côtés de ses sœurs féministes avec qui elle a mené de nombreuses actions politiques. 


    Et puis après dans chaque épisodes elle approfondit un sujet. La place de la femme dans l'espace publique, la relève des jeunes Marseillaises, un groupe de femmes de chambre d’un hôtel de luxe, qui entrent en grève pour la première fois, découvre les art-tiviste qui se servent de la rue pour exposer leurs œuvres. Elle accompagne chaque épisode avec sa voix et nous livre qui elle est devenue en menant ses luttes de front...


    Liens :


    https://wondery.com/shows/dr-death/
    https://sybel.co/fr/series/h%C3%A9ro%C3%AFnes-de-la-rue/
    https://www.arteradio.com/son/61662938/ l_avocat_des_terreurs_1_6_au_commencement_charlie For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

    • 5 min
    Les vieux fourneaux, tout savoir sur la BD culte

    Les vieux fourneaux, tout savoir sur la BD culte

    Karen nous parle de la série de bande dessinées "Les vieux fourneaux".


    Les Vieux Fourneaux, ce sont Antoine, Emile et Pierrot, une bande de vieux gauchos qui se connaissent depuis l’enfance. Je vous les présente : Il y a Pierrot d’abord, le vieil anarchiste qui milite toujours, au sein du groupe d’action “Ni yeux, ni maître”, une bande de vieux qui sabotent les portes des agences bancaires et qui s’incrustent dans les soirées huppées pour emmerder les riches. Antoine est un ancien syndicaliste mais toujours là pour les manifs. C’est le calme et la tempête : posé et réfléchi mais il peut partir au quart de tour. Et enfin Mimile, l’ancien rugbyman, un peu rêveur et à côté de la plaque, qui se repose de sa vie mouvementée à la villa Meuricy. 


    Le premier tome de leurs aventures s’ouvre sur l’enterrement de la femme d’Antoine, Lucette. Même si elle vient de mourir, elle est au cœur de l’histoire. Elle a travaillé 10 ans comme secrétaire de Garan-Servier, le patron du grand labo pharmaceutique du village. Et puis elle s’est faite licencier et a lancé son théâtre itinérant, le Loup en slip. C’était une femme forte et libre. Antoine aussi a travaillé pour Garan-Servier, pendant 40 ans. Bon, comme il était syndicaliste, il l’a surtout bien fait c***r pour défendre les droits des salariés. Du coup, quand il apprend le lendemain de la mort de Lucette qu’elle a couché avec ce salaud de Garan-Servier, même si ça date d’il y a des lustres, il est super énerve La jalousie et la rancœur, ça n’a pas d’âge ! Antoine choppe sa carabine et file en Toscane, là où végète l’ancien patron.


    Pierrot et Mimile partent à sa poursuite, voyant bien qu’il risque de faire une connerie, parce que ce serait quand même con de finir sa vie, du moins ce qu’il en reste, en taule ! Mais bon un vieux binoclard et un qui n’arrive plus à se lever tout seul, ça fait des pilotes pas terribles. C’est donc Sophie, la petite-fille d’Antoine, qui les embarque à bord du camion du théâtre du Loup en slip. Et c’est partie pour une course-poursuite vitesse troisième âge !  For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

    • 6 min
    Faut-il courir voir le nouveau spectacle d'Alex Lutz ?

    Faut-il courir voir le nouveau spectacle d'Alex Lutz ?

    Aujourd'hui Pénélope est allée voir pour nous le spectacle d'Alex Lutz aux Folies Bergères. Et forcément, elle n'est pas restée insensible.


    Alex Lutz c’est un comédien, humoriste, metteur en scène qui a fait mille choses mais qu’on connait surtout pour son personnage de Catherine dans le duo Catherine et Liliane sur Canal plus et aussi peut être, mais ça c'est pour les un peu plus cinéphiles, pour son film Guy sorti en 2018 pour lequel il a reçu le César du meilleur acteur.


    Alex Lutz avait déjà fait un one man show qui s’appelait Alex Lutz à Bobino et vous savez quoi et ben il l’avait joué son spectacle à Bobino ! C’est quand même extraordinaire, c’est même plutôt smart ! Je le savais !
    Bref, donc ce spectacle qui se joue aux Folie Bergères mais qui n’est pas joué par une bergère folle, m’a laissé la bouche ouverte


    Je n’ai pas de mots pour décrire ce spectacle.
    Alors c’est un peu contraignant vu que j’ai encore 3 minutes à parler mais ce spectacle d’un coté est brillantissime vraiment et de l’autre n’est pas abouti.
     
    Déjà parce qu' un humoriste, comédien, auteur, définissons le comme on veut, parle de sujets dont personne ne parlent.
    Parce que justement ce n’est pas un one man show, c’est pas un stand up. c’est un spectacle. On assiste à une pièce de théâtre avec une seule personne sur scène.


    Alex Lutz arrive à nous emmener dans son univers. Son univers qui lui est propre … un mélange d’absurde, de poésie, de naïveté, de folie. C’est intelligent, c’est incarné, c’est généreux. J’aimerai ne pas vous spoiler son entrée pour que vous gardiez la surprise et en même temps je ne peux pas ne pas en parler. Donc si vous ne voulez pas savoir ce qu’il se passe pendant les 3 premières minutes du spectacle bouchez vous les oreilles pendant 10 secondes même si c’est pas à proprement parler un spoil vu qu’on parle partout sur internet. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

    • 5 min
    1917, le film qui se vit comme un jeu vidéo

    1917, le film qui se vit comme un jeu vidéo

    1917 raconte l’histoire de deux soldats britanniques en plein cœur de la première guerre mondiale à qui l’on assigne une mission périlleuse : traverser les lignes ennemies pour porter un message salvateur à une autre unité. 


    Si ce film fait déjà parler de lui, c’est pour son pari de mise en scène : comme sa promo n’oublie pas de le rappeler, quitte nous à spoiler certains de ses plus beaux tours de force, tout le film se déroule en un - quasi- unique plan séquence. Cet exercice millimétré est à la mode ces derniers temps : on pense évidemment à Birdman, Gravity, et même le jeu vidéo s’y est récemment essayé avec God of War. 
    C’est une nouvelle porte qui s’ouvre aux réalisateurs pour raconter leurs histoires. 


    Quand on ne peut plus se reposer sur le montage et ses cuts, chaque mouvement de caméra devient un outil de narration vital. 
    Dans 1917, la caméra est donc totalement libre et aurait tout le loisir de se balader, elle pourrait se montrer complètement omnisciente, pourtant elle prend plutôt le rôle d’un troisième soldat. elle reste aimantée à ses deux personnages et dévoile rarement plus que leurs champ de vision. Elle se place d’ailleurs souvent dans leurs dos comme dans ces jeux vidéos à la troisième personne. 1917 fait penser en permanence à un jeu vidéo.  For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

    • 9 min

Avis d’utilisateurs

ElsaToinou83 ,

Enfin de l’actu culturelle !

Super idée que de compiler en un podcast le ciné les livres le théâtre les podcast et les artistes ! 👌👌👌

Classement des podcasts dans Actualité du divertissement

D’autres se sont aussi abonnés à

Plus par Bababam