19 épisodes

Travail soigné, c'est le podcast des gens qui aiment leur métier et qui en parlent bien. Une fois par mois, Hervé Hauboldt vous invite à découvrir une personnalité, son rapport au travail et sa satisfaction intime d'exercer son métier avec soin.
Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
Retrouvez l'actualité de Travail soigné via Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n'hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
Merci de votre soutien sur votre plateforme d'écoute préférée (un abonnement, des étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

Travail soigné Stereolab

    • Journaux personnels
    • 4.9 • 93 notes

Travail soigné, c'est le podcast des gens qui aiment leur métier et qui en parlent bien. Une fois par mois, Hervé Hauboldt vous invite à découvrir une personnalité, son rapport au travail et sa satisfaction intime d'exercer son métier avec soin.
Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
Retrouvez l'actualité de Travail soigné via Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n'hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
Merci de votre soutien sur votre plateforme d'écoute préférée (un abonnement, des étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    Le meilleur de “Travail soigné” : rapport au travail et satisfaction.

    Le meilleur de “Travail soigné” : rapport au travail et satisfaction.

    Puisqu’il n'a pas été possible de réaliser de reportages pendant la période de confinement, nous avons choisi, pour finir cette deuxième saison, de rassembler quelques extraits piochés parmi les 16 épisodes déjà en ligne, afin de permettre à quelques-uns de les découvrir et à d’autres de les entendre différemment. En se concentrant sur les deux questions principales de ce podcast : le rapport que l’on entretient avec le travail, et la satisfaction que l’on en retire.
    Nous commençons avec Charles Coquet (S1E08), dont la passion dévorante comme l’environnement professionnel ou la vie sociale, encouragent à n’être que luthier. Pia (S2E02), sage-femme en région parisienne, estime que l’hôpital est nécessaire à son équilibre tandis que David Thomas (S1E04), écrivain, mène aujourd’hui la vie dont il rêvait adolescent. Gloria (S2E04), danseuse au Crazy Horse, lie intimement sa passion pour son métier à l’endroit où elle l'exerce, au point qu'ils sont devenus indissociables. Nicolas (S1E06), concierge dans un palace parisien, évolue dans un lieu exceptionnel au contact de clients hors normes, dont il est amené à satisfaire toutes les envies... Leur satisfaction devient la sienne, tout en gardant les pieds sur terre. Karen (S1E03) a connu plusieurs carrières avant de devenir céramiste et de développer un sentiment de plénitude en travaillant. Une autre invitée qui a changé de vie, c’est Claire (S2E07) : formée aux métiers de la communication et du marketing elle s’est finalement tournée vers l’ébénisterie et la restauration de mobilier ancien, qui lui permet de marier travaux manuels et intellectuels. Michaël (S1E02), tailleur, à l’abri du monde dans sa boutique parisienne, la satisfaction se manifeste régulièrement par la collaboration créative qu'il entreprend avec ses clients.
    REPÈRES
    Charles Coquet, luthier : “C’est quoi ma vie, à part la lutherie ?” (1:25)
    Pia, sage-femme : “Je vais bien parce que je vais au travail” (3:10)
    David, écrivain : “J’ai du mal à parler du rapport au travail d’écrivain”. (4:25)
    Gloria, danseuse au Crazy Horse : “Quand je parle du Crazy Horse, c’est très difficile de parler de travail”. (6:25)
    Nicolas, concierge de palace : “Je sers avec plaisir mais je fais la part des choses”. (7:25)
    Karen, céramiste : “L’important, c'est “la route”, ce n’est pas le résultat !” (9:25)
    Claire, ébéniste : “Je me suis retrouvée, dans le sens où l'ébénisterie est un métier manuel et intellectuel” (11:45)
    David, écrivain : “La seule satisfaction que je peux avoir dans l’écriture, c’est quand le travail est fini”. (13:55)
    Gloria dauseuse au Crazy Horse : “La satisfaction vient des sensations que l’on éprouve sur scène”. (16:05)
    Michaël, tailleur : “Le premier essayage, c’est un moment très particulier”. (17:45)
    Claire, ébéniste : “Je me suis imposé des règles car j’aurais pu perdre ma vie personnelle à cause d’un travail que j’aime” (19:30)
    Pia, sage-femme : “la plus grande joie, c’est l’accompagnement”. (20:35)
    Charles, luthier : “Je préfère toujours l’instrument à venir”. (21:15)
    Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
    Retrouvez l’actualité de Travail soigné via les comptes Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
    Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    • 22 min
    François Simon, critique gastronomique : “J'ai un boulot de rêve !”

    François Simon, critique gastronomique : “J'ai un boulot de rêve !”

    Pour cet épisode, on espère vous surprendre en vous emmenant à la rencontre d’une personne et d’un métier que vous n‘auriez probablement pas envisagés. Peut-être reconnaîtrez-vous cette voix si particulière, car notre invité ne montre jamais son visage, laissant libre cours à toutes les spéculations le concernant avec d’autant plus de jubilation qu‘elles sont généralement erronées.
    François Simon est critique gastronomique émérite. Journaliste en Bretagne dont il est originaire, il rejoint la rédaction du Matin de Paris au début des années 80 avant d’être débauché par le magazine Gault & Millau. Lui qui, de son propre aveu, se nourrissait de pizzas et de yaourts au chocolat, découvre par lui-même l'univers de la gastronomie. C’est à la fin des années 90 que je découvre ses critiques de restaurants dans l’émission culturelle de Thierry Ardisson Rive Droite Rive Gauche sur Paris Première. En caméra cachée, ce dandy parisien imprime un style sévère mais juste, drôle et tranchant, qui lui vaut quelques inimitiés. Mais ne vous y trompez pas, cette mauvaise réputation qu’il ne cherche pas à démentir, reste la meilleure des couvertures : cet anonymat est le gage de son intégrité mais aussi le masque d'un homme discret, sensible, truculent et raffiné.
    Pour l’occasion, notre entretien a commencé, en toute discrétion, micro caché, à la table d’un restaurant japonais du 6e arrondissement de Paris et s‘est poursuivi plus librement dans les rues avoisinantes.
    Retrouvez François Simon sur Instagram : https://www.instagram.com/simonsaysfr/
    Et sur son blog : https://www.simonsays.fr/
    REPÈRES
    Présentation de l’invité. (1:00)
    Le restaurant de notre déjeuner. Réécrire au sujet d‘un restaurant. (2:25)
    À table. Laisser faire le restaurant. (3:10)
    À table. Éviter les interférences, rester à sa place. (3:50)
    La perception des moindres détails. (4:50)
    L’ambiance. (7:00)
    La mauvaise influence des guides. (7:45)
    L’anonymat de François Simon. (9:00)
    L’art de la disparition. (9:45)
    Conserver son anonymat. (12:10)
    Une anecdote révélatrice. (13:35)
    Le restaurant est un théâtre. (15:30)
    La critique, seul ou accompagné (16:15)
    Les critères de la dégustation. (18:50)
    Les clichés, les clashes. (20:20)
    Retarder la conclusion, le reflux des impressions. (20:50)
    Un boulot de rêve. (22:40)
    Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
    Retrouvez l’actualité de Travail soigné via les comptes Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
    Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    • 25 min
    Christophe, chocolatier : “Je ne cherche pas à plaire à tout le monde.”

    Christophe, chocolatier : “Je ne cherche pas à plaire à tout le monde.”

    Aujourd‘hui, en pleine période de Pâques et malgré les circonstances, Travail soigné vous emmène chez un chocolatier... Nous sommes à Savigny-sur-Orge, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris, et sous ses allures de commerce de quartier, la boutique “À la Reine Astrid” abrite une chaîne de production comme on trouve peu en France. Christophe Bertrand, son propriétaire, est l‘un des rares artisans chocolatiers à torréfier lui-même ses fèves de cacao pour produire sa matière première.
    Un savoir faire qui va de pair avec une démarche éthique qui s‘affranchit des certifications pour privilégier les circuits courts et une distribution équitable des revenus. Et vous verrez qu’en la matière, Christophe ne se contente pas de beaux discours...
    Dans cet épisode, vous suivrez chaque étape de fabrication de cette gourmandise universelle, de l’ouverture du sac de fèves au moulage des œufs de Pâques.
    Retrouvez les créations de Christophe Bertrand sur le site https://www.alareineastrid.fr et dans ses six boutiques de la région parisienne (Meudon, Ville d‘Avray, Savigny-sur-Orge, Rambouillet, Versailles et le Mesnil-Saint-Denis).
    REPÈRES
    La fabrication artisanale du chocolat, de la fève à la tablette. (1:40)
    La facilité de création. (3:00)
    L‘atelier de torréfaction et les composants du chocolat. (4:00)
    Les pays producteurs. (5:35)
    La fermentation du cacao et l'importance du terroir. (6:40)
    Le chocolat industriel. (10:10)
    Une relation particulière avec un village camerounais. (11:10)
    Torréfaction des fèves indiennes. (13:55)
    Visite du labo et confection des chocolats de Pâques. (15:40)
    L‘équipe de la Reine Astrid. (20:10)
    Une petite production soumise aux aléas des récoltes. (20:50)
    Les méfaits du green-washing de l‘industrie agro-alimentaire. (22:05)

    Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
    Retrouvez l’actualité de Travail soigné via les comptes Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
    Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    • 25 min
    Claire, ébéniste : “J’avais besoin d’un métier où le temps est important.”

    Claire, ébéniste : “J’avais besoin d’un métier où le temps est important.”

    Aujourd'hui, Hervé vous emmène dans son quartier, Faubourg Saint-Antoine, à Paris, près de la place de la Bastille, découvrir l'atelier d'ébénisterie de Claire Butel, spécialisée dans la restauration de mobilier ancien.
    Bien que la reconversion professionnelle ne soit pas la raison d'être de ce podcast, c'est un phénomène dont nous sommes de plus en plus témoins, ou acteurs. Souvent, l'approche de la quarantaine agit comme un révélateur... Mais Claire s'est rendu compte, bien avant d'autres, que son environnement de travail ne la satisfaisait pas pleinement. Au cours de cet épisode, elle vous raconte son parcours, ses premiers pas dans le métier, la passion qui l'anime et les raisons qui l'ont poussée à se consacrer à un artisanat qui conjugue harmonieusement les travaux manuels et intellectuels.

    REPÈRES
    Visite de l'atelier Mooibos. (1:40)
    Le parcours de Claire et sa reconversion professionnelle. (3:35)
    Un métier manuel et intellectuel. (6:00)
    Lancer son affaire. (8:25)
    Vivre de sa passion. (9:25)
    Surmonter les difficultés de la reconversion. (10:15)
    L’accueil des voisins artisans de la cour du panier fleuri. (11:15)
    Le quotidien d’une ébéniste. (12:20)
    Le rapport au temps. (14:15)
    Examen d'un cabinet d’ébène (15:45)
    Le travail de restauration. (18:15)
    L’attrait de la restauration, l'histoire des objets et de leur propriétaire. (19:30)
    Le rapport de Claire à son nouveau travail. (23:00)

    Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
    Retrouvez l’actualité de Travail soigné via Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
    Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    • 24 min
    Élodie, ingénieure conductrice de travaux : “Dans le bâtiment, la première donnée, c’est l’humain.”

    Élodie, ingénieure conductrice de travaux : “Dans le bâtiment, la première donnée, c’est l’humain.”

    Aujourd'hui, Travail soigné vous emmène à La Défense, le quartier d'affaires de l'ouest parisien à la rencontre d’Elodie Garnier qui est ingénieure et conductrice de travaux chez Bouygues Construction. Et en matière de travaux, Elodie voit plutôt grand : depuis plus de trois ans, ce petit gabarit de jeune femme dynamique aux yeux rieurs est en charge de la double peau vitrée assurant l'isolation et la ventilation de la tour Alto, immeuble de 38 étages et 150 mètres de haut qui a la particularité d'être évasé (son sommet étant deux fois plus spacieux que sa base).
    Si vous êtes curieux de savoir comment une jeune femme a trouvé sa place et s'est épanouie dans un milieu professionnel aussi historiquement masculin que le bâtiment, enfilez votre casque et vos bottes pour visiter le chantier.
    REPÈRES
    Le parcours d'Elodie. (2:18)
    Les différentes composantes du bâtiment. (3:00)
    La particularité du projet “Alto”. (4:10)
    L'organisation et la logistique d'un tel chantier. (6:25)
    Visite du chantier. (8:40)
    Un travail qui s'inscrit dans le temps long ; les différentes phases d'un chantier. (10:45)
    Une journée de chantier. (12:30)
    L'aspect humain. (13:20)
    Poursuite de la visite du chantier jusqu'au sommet de la tour. (15:05)
    Comment faire sa place en tant que femme dans un milieu professionnel très masculin. (16:30)
    Les relations humaines dans le bâtiment. (17:35)
    Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
    Remerciements : Jessica Swiderski.
    Retrouvez l’actualité de Travail soigné via Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
    Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    • 20 min
    Alexandre, designer maroquinier : “Un bon design, c'est lier le style à la fonction”.

    Alexandre, designer maroquinier : “Un bon design, c'est lier le style à la fonction”.

    Aujourd’hui, Travail soigné quitte à nouveau Paris pour vous conduire en Aveyron, à Saint-Georges-de-Luzençon pour être exact, au pied du viaduc de Millau, et découvrir les coulisses de la marque de maroquinerie Bleu de chauffe dont les produits respirent l'artisanat et l'amour du travail bien fait. Et c'est Alexandre, l'un de ses fondateurs, qui nous ouvre les portes de l'atelier. Associé à Thierry depuis 10 ans, il développe une ligne de maroquinerie inspirée des anciens sacs de métier, qui cultive un esprit vintage mariant simplicité des formes et qualité des matières. Et vous allez voir que le succès ne les a pas fait renier leurs valeurs humanistes, bien au contraire.
    Au-delà de pouvoir maîtriser le processus de création et de production de A à Z, Bleu de chauffe a fait le pari du made in France et des filières vertueuses depuis sa création, réalisant 100 % de ses produits en Aveyron sans recours à la sous-traitance.
    REPÈRES
    Le parcours d'Alexandre et les raisons de sa passion de la maroquinerie. (01:30)
    Les origines de Bleu de chauffe. (2:30)
    La spécificité du cuir tanné végétal. (4:15)
    Les machines utilisées dans l'atelier. (6:10)
    L'inspiration des produits. (8:15)
    Visite de l'atelier de confection. (9:40)
    La mise en valeur du travail des artisans. (11:10)
    les débuts de Bleu de chauffe et le pari du Made in Aveyron. (12:45)
    La croissance de Bleu de chauffe et le respect de ses valeurs. (14:50)
    Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musiques : Blue Dot Sessions.
    Remerciements : Tommy Hubert.
    Retrouvez l’actualité de Travail soigné via Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
    Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com

    • 17 min

Avis d’utilisateurs

4.9 sur 5
93 notes

93 notes

Aprince Indside ,

Soin de l’âme

Dieu que c’est chouette. C’est profondément subversif aujourd’hui de prendre le temps d’écouter ceux qui font bien un métier qui a du sens. Je ressors de chaque écoute apaisé, ragaillardi, inspiré. MERCI.
Etienne

Matthieu Louise ,

Chapeau

Super podcast, hyper enrichissant et un vrai plaisir d’écouter ces personnes d’horizons différents partager leur passion !

clegot ,

merci

Entendre des personnes parler de leur passion devenu métier, transmettre cet amour du travail, un plaisir à chaque fois

Classement des podcasts dans Journaux personnels

D’autres se sont aussi abonnés à